Retour sur la conférence gesticulée : la petite étiquette qui gratte

Lundi 28 novembre 2016

http://mjc.chenove.net/lire-1772.html

Le CCFD Terre Solidaire et le collectif « l'éthique sur l'étiquette » organisaient avec le soutien de la MJC et dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale, une conférence gesticulée détonante sur la scène de la MJC.
La fabrication des vêtements, les conditions des hommes et particulièrement des femmes qui travaillent dans l'industrie textile dans ces pays lointains et exotiques.


A l'occasion d'un voyage de plusieurs mois en Tunisie, au Bengladesh et au Cambodge, des bénévoles du CCFD sont allés à la rencontre des travailleurs et travailleuses de l'industrie textile.
Les salaires, les relations hommes femmes, les conditions de travail d'une partie de la population du monde. Tels étaient les sujets abordés pendant ces 5 mois de voyage dans l'envers du décor de l'industrie la plus rentable du monde.

Les conditions de ces femmes, leurs rêves, leur tristesse et espoirs. C'est avec tout cela que ces jeunes reviennent de ce voyage au bout du monde.
Il en ressort un spectacle de 2h plein d'émotions qui amène au débat et à la discussion.
Sans donner de leçons ni chercher à culpabiliser, ses jeunes bénévoles nous amènent à nous questionner sur le système économique dans lequel on est.

« 50$ / mois pour coudre des étiquettes, celles qui nous gênent et que l'on s'empresse de retirer. » C'est avec cette phrase que le débat est lancé.

Ce système qui génère des inégalités est-il la seule possibilité ?
Les volontaires/comédiens nous entraînent dans les méandres du capitalisme et de sa traduction actuelle.
Qui est responsable ? Les entreprises ? Les Gouvernements ? Nous ?
Certainement un peu de tout cela !

« Mais que faire alors ?»
S'investir. Comment ?
Valoriser les petites initiatives, celles qui sont des gouttes d'eau dans l'océan mais qui mises bout à bout contribuent à changer les choses.
Il n'y a pas de petites pierres à l'édifice. Et c'est le message.

Toutes les initiatives sont bonnes à valoriser et participer à une soirée comme celle que nous venons de vivre est une première étape du changement.