"La promesse de l'aube"

Mardi 30 janvier 2018

http://mjc.chenove.net/lire-1918.html

Projection du film "La promesse de l'aube" de Eric Barbier le mardi 30 janvier 2018 à 20h30 et mercredi 31 janvier 2018 à 14 heures. Tarifs : 5€50 / 4€50 (adhérent).


Fiche du film :
Comédie dramatique de Eric Barbier
Avec Pierre Niney, Charlotte Gainsbourg, Didier Bourdon
Durée : 2h10 min

L'histoire :
De son enfance difficile en Pologne en passant par son adolescence sous le soleil de Nice, jusqu'à ses exploits d'aviateur en Afrique pendant la Seconde Guerre mondiale... Romain Gary a vécu une vie extraordinaire.


Mais cet acharnement à vivre mille vies, à devenir un grand homme et un écrivain célèbre, c'est à Nina, sa mère, qu'il le doit. C'est l'amour fou de cette mère attachante et excentrique qui fera de lui un des romanciers majeurs du XXème siècle, à la vie pleine de rebondissements, de passions et de mystères. Mais cet amour maternel sans bornes sera aussi son fardeau pour la vie...

Quelques anecdotes sur le film :

Adaptation délicate
La Promesse de l'Aube est un roman d'aventure initiatique qui retrace 20 ans de la vie de Romain Gary et de sa mère. Par rapport au travail d'adaptation, Eric Barbier et Marie Eynard ont été confrontés à une multiplicité de scènes qui "donnent le vertige", selon les propres mots du premier. Ils ont ainsi dû trouver une forme scénaristique pour conserver l'essence du roman tout en le réduisant de ses deux tiers. Le réalisateur se rappelle :


"J'avais découpé le roman en toutes petites unités d'actions : à la fin du livre, j'avais recensé 876 unités... J'étais évidemment obligé de raccourcir. Ou plutôt de concentrer. Je me suis sans cesse demandé quand la trahison était acceptable et quand elle ne l'était plus. Je voulais être absolument fidèle à l'esprit du roman."

Genèse du projet
La Promesse de l'Aube est un livre que le producteur Eric Jehelmann voulait adapter au cinéma depuis longtemps. Il en a alors parlé à Eric Barbier dès qu'il a su que les droits se libéraient. Le metteur en scène ne connaissait pas l'ensemble de l'oeuvre de Romain Gary, mais avais lu ses livres les plus importants dont celui-ci. Il explique :


"A mes yeux Gary était surtout un personnage romanesque, énigmatique, le mari de Jean Seberg et l'orchestrateur de cette formidable mystification littéraire qu'a été l'affaire Émile Ajar. Gary est double, triple, multiple. Ambassadeur, cinéaste, romancier se dissimulant souvent sous divers pseudonymes, il est Polonais, Russe, Français, un Juif dont la mère se précipite chez le pope au moindre souci et qui se décrit régulièrement comme oriental, quand ce n'est pas tatar..."

Un projet de grande ampleur
La Promesse de l'aube a été tourné dans cinq pays pendant 14 semaines, de la Pologne des années 1920 au Mexique des années 1950 en passant par le désert africain, Nice et Paris avant-guerre ou encore Londres sous les bombes.

Avis de la presse :


  • "Une oeuvre cinématographique à la dimension du chef-d'oeuvre romanesque." (Marianne - Eric Decouty)

  • "Du grand cinéma romanesque pour retracer l'incroyable destin de l'aviateur, diplomate et romancier Romain Gary alias Emile Ajar." (aVoir-aLire.com - Claudine Levanneur)

  • "La reconstitution des différentes époques est soignée, mais c'est avant tout le jeu des acteurs, Pierre Niney et surtout Charlotte Gainsbourg, qui donne son charme évident à ce film, qui rappellera de grands souvenirs de lecture au spectateur." (Direct Matin - La rédaction)


  • "Eric Barbier restitue en images la force des mots pour signer une adaptation élégante et bouleversante de "La Promesse de l'Aube", cette autobiographie sublimée que l'auteur de La Vie devant soi a publié en 1960 pour dire que le vrai héros, c'était sa mère, incarnée par Charlotte Gainsbourg avec une intensité qu'on lui avait rarement vue au cinéma." (Le Journal du Dimanche - Barbara Théate)