"Monsieur Je sais tout"

Mardi 19 juin 2018

http://mjc.chenove.net/lire-1981.html

Projection du film "Monsieur Je sais tout" de François Prévôt-Leygonie, Stephan Archinard le mardi 19 juin 2018 à 20h30 et mercredi 20 juin 2018 à 14 heures. Tarifs : 5€50 / 4€50 (adhérent).


Fiche du film :
Comédie dramatique française de François Prévôt-Leygonie et Stephan Archinard
Avec Arnaud Ducret, Max Baissette de Malglaive, Alice David
Durée : 1h39 min.

L'histoire :
Vincent Barteau, 35 ans, entraîneur de foot d'1,92 m, voit débouler dans son quotidien de célibataire invétéré, son neveu, Léo, 13 ans, 1,53 m autiste Asperger et joueur d'échecs émérite. Cette rencontre aussi singulière qu'explosive va bouleverser l'existence de Vincent et offrir à Léonard la chance de sa vie.

Quelques anecdotes sur le film :

Genèse du projet


Les réalisateurs François Prévôt-Leygonie, Stephan Archinard sont tombés par hasard sur le projet Monsieur Je-sais-tout, quand leur agent leur donne à lire le roman La Surface de réparation d'Alain Gillot :

"À cause de son titre, on s'attend à un livre sur le foot. Nous sommes circonspects. Nous aimons beaucoup ce sport, mais de là à lui consacrer un film... Surprise ! Non seulement le foot n'est que le « décor » du roman, mais ce dernier a tout pour nous plaire. Premièrement, il est bâti autour d'une thématique qui est, depuis toujours, au centre de tout ce qu'on fait au théâtre comme au cinéma : la filiation et la transmission. Deuxièmement, il fait le portrait d'un duo qu'on trouve irrésistible, parce qu'aussi mal assorti qu'inattendu : un enfant atteint du syndrome Asperger et un adulte comme on les aime, un peu fort en gueule, mais avec pleins d'arrière-plans psychologiques et sentimentaux. Et troisièmement, il aborde à travers le personnage de l'enfant, un sujet rarement évoqué sur les écrans français, celui de l'autisme Asperger."

Rencontre avec l'auteur du roman


Les cinéastes François Prévôt-Leygonie, Stephan Archinard ne connaissaient pas l'auteur du livre, Alain Gillot :
"On décide d'aller le voir sans perdre une seconde. Il se trouve qu'il habite La Rochelle, une ville que nous affectionnons beaucoup, au point d'y avoir tourné "Amitiés Sincères". Retourner sur les lieux d'un film qu'on avait pris beaucoup de plaisir à tourner... Pour nous, qui croyons aux petits clins d'oeil du destin, c'était un signe supplémentaire que les planètes s'alignaient pour que ce projet débouche sur du concret. Alain est un homme qui a une puissance de travail phénoménale, un humanisme viscéral et un grand sens de l'éthique. Entre nous, ça a tout de suite collé. On a d'ailleurs d'autres projets ensemble. Il va devenir notre coscénariste attitré (rire)".

Changer le titre


François Prévôt-Leygonie, Stephan Archinard ont décidé de ne pas gardé le titre original du roman (La Surface de réparation) pour leur adaptation : "On a planché pour dégoter quelque chose de plus universel et de plus « feel good ». C'est François qui a eu l'illumination ! Monsieur Je-sais-tout, c'est d'abord une réplique que Vincent donne à Léo à un moment clé du film, juste avant qu'il ne décide de le mettre dans les buts. Dans ces quelques mots gentiment provocateurs, il y a le désarroi de l'adulte qui ne sait pas trop communiquer avec cet enfant et qui utilise une expression puérile - qu'il imagine appropriée - pour tenter de le faire réagir, et il y a aussi, sous-jacente, la marque du début de l'attachement que Vincent va avoir pour Léo. Au final, ce titre nous a semblé être en totale adéquation avec le film et la manière de traiter notre sujet : tenter de mettre de la légèreté et de la lumière au service de la profondeur."

Éviter la grisaille
Dans la première version du scénario, par respect pour l'auteur Alain Gillot, François Prévôt-Leygonie et Stephan Archinard sont restés très proches de l'environnement de son roman qui se passe dans l'Est de la France. Les ciels y sont plombés, les paysages boueux, les villes, grises et les familles impécunieuses. "À lire c'est magnifique, mais à regarder moins. Alain en a convenu. Avec son accord, nous avons donc changé notre fusil d'épaule et transplanté ses personnages dans une région ensoleillée, où l'on respire et où les horizons sont dégagés. Nous avons finalement choisi La Rochelle puisque c'est là qu'il habitait et qu'en plus, comme nous vous l'avons dit plus haut, on connaissait parfaitement cette ville et ses environs, pour y avoir déjà tourné."

Avis de la presse :


  • "On aime ce premier film au scénario clair et carré. Arnaud Ducret y confirme son solide tempérament d'acteur et le jeune Max Baissette de Malglaive est tout simplement exceptionnel. Partie gagnée sur tous les plans. " (Le Parisien - Pierre Vavasseur )

  • "Stéphan Archinard et François Prévôt-Leygonie ont trouvé le ton juste pour aborder un sujet des plus sérieux avec humour et légèreté. " (Culturebox - France Télévisions - Pierre-Yves Grenu )

  • "Tendresse et esprit de famille à revendre dans Monsieur Je-sais-tout. " (La Voix du Nord - Lucie Vidal)