Vous êtes ici

"Polisse"

Projection du film "Polisse" réalisé par Maïwenn le mardi 6 décembre à 20h30 et le mercredi 7 décembre 2011 à 14 heures. Tarifs : 5€ / 4€ (adhérents MJC)


Fiche du film :
Long métrage français (Drame). Durée : 2h07
Avec Karin Viard, Joey Starr, Marina Foïs, Maïwenn
Réalisé par Maïwenn

L'histoire :
Le quotidien des policiers de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs) ce sont les gardes à vue de pédophiles, les arrestations de pickpockets mineurs mais aussi la pause déjeuner où l'on se raconte ses problèmes de couple ; ce sont les auditions de parents maltraitants, les dépositions des enfants, les dérives de la sexualité chez les adolescents, mais aussi la solidarité entre collègues et les fous rires incontrôlables dans les moments les plus impensables ; c'est savoir que le pire existe, et tenter de faire avec...


Comment ces policiers parviennent-ils à trouver l'équilibre entre leurs vies privées et la réalité à laquelle ils sont confrontés, tous les jours ? Fred, l'écorché du groupe, aura du mal à supporter le regard de Melissa, mandatée par le ministère de l'intérieur pour réaliser un livre de photos sur cette brigade.

Quelques anecdotes sur le film :

Festival de Cannes
Polisse a été sélectionné en compétition officielle lors du Festival de Cannes 2011 et y a remporté le Prix du Jury.

Genèse
C'est en tombant sur un documentaire sur la Brigade des Mineurs (BPM) que Maïwenn a souhaité réaliser Polisse.

Influences


Maïwenn a multiplié les inspirations : "D'abord j'ai vu, je crois, tous les films sur la police : français, étrangers... tous. Même la période flic d'Alain Delon ! Mais ce qui m'a vraiment inspirée, ce sont les documentaires de Virgil Vernier sur la police, car c'est le regard d'un vrai cinéaste qui se pose sur la réalité, sur la vie. De manière générale, un mauvais documentaire m'inspire plus qu'un très bon film."

Une préparation sur le terrain


Avant d'écrire le scénario du film, Maïwenn a passé du temps à la brigade pour écouter et observer : "Je n'ai pas arrêté de passer d'un groupe à un autre en prenant des notes, j'étais comme une éponge pour m'imprégner au maximum de ce que je voyais. Même pendant les trois heures de pause-déjeuner, ou le soir, au moment de l'apéro, je ne les lâchais pas pour ne rien perdre de leurs discussions, et je posais des milliers de questions", confie-t-elle. Durant la phase d'écriture, la cinéaste s'est servie d'histoires qu'elle connaissait (souvent racontées par des policiers), en les modifiant légèrement.

Avis de la presse :

  • « Un choc et un coup de coeur. Une vague d'émotions qui vous fauche et qui vous plaque à votre siège. » (Le Journal du Dimanche)


  • « Une incursion saisissante dans un univers rarement dépeint de si près, portée par des comédiens époustouflants. » (Le Parisien)

  • "Des dialogues hurlants de justesse, des personnages auxquels ont s'attache immodérément, une histoire à laquelle on croit très fort (...) À voir absolument." (Elle - Héléna Villovitch)

  • "Si Joey Starr est probablement le mieux servi par son rôle d'enragé (et par une scène monstrueuse qui vous poursuit longtemps après la fin du film), Maïwenn filme tous ses "héros" avec une empathie bouleversante." (CinemaTeaser - Emma Spadacenta )

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site