Vous êtes ici

"Dans la maison"

Projection du film "Dans la maison" réalisé par François Ozon le mardi 29 janvier 2013 à 20h30 et le mercredi 30 janvier 2013 à 14h30. Tarifs : 5€ / 4€ (adhérents MJC)


Fiche du film :
Thriller français de François Ozon
Durée : 1h45
Avec Fabrice Luchini, Ernst Umhauer, Kristin Scott Thomas

L'histoire :
Un garçon de 16 ans s'immisce dans la maison d'un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l'enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d'événements incontrôlables.

Quelques anecdotes sur le film :
  • Adaptation


    Le film Dans la maison est librement adapté de la pièce espagnole de Juan Mayorga, intitulée Le Garçon du dernier rang. A ce sujet, le cinéaste François Ozon déclare : "Dès que j'ai lu la pièce, j'ai senti ce potentiel de pouvoir parler indirectement de mon travail, du cinéma, d'où vient l'inspiration, de ce qu'est un créateur, un spectateur". Selon lui, cette oeuvre littéraire présentait également un intérêt tout particulier dans la mesure où son auteur opérait dans son récit un basculement du point de vue prof/élève tout en alternant entre réalité et fiction. Cependant, Ozon a choisi de modifier le titre qui, d'après lui, se focalisait trop sur une seule problématique.

  • Un travail précis


    En choisissant d'adapter une pièce de théâtre au cinéma, François Ozon s'est retrouvé en butte à quelques difficultés : il a ainsi élagué les dialogues pour les rendre plus naturels et a fait en sorte d'ancrer son récit dans une réalité spatio-temporelle qui n'existait pas dans l'oeuvre de départ. Par ailleurs, le récit, qui prend place en milieu scolaire, décrit l'enseignement comme une profession ingrate où tous les élèves seraient devenus des moutons. Pour illustrer cette idée, le réalisateur a d'abord pensé tourner son film au Royaume-Uni, où les élèves portent des uniformes, mais cela nécessitait trop de temps et entraînait bon nombre de complications, ce qui a finalement poussé le cinéaste à situer son action dans un lycée pilote, qui expérimente le retour à l'uniforme en France.

  • L'éducation, un sujet familier


    Le film, qui traite de l'enseignement et de l'Éducation nationale, se penche sur un sujet qui n'est pas étranger à François Ozon, bien au contraire : ses parents étaient tous les deux professeurs, ce qui amène le cinéaste à déclarer : "Je connais la corvée des corrections de copies le week-end, les élèves préférés, les tensions avec la direction... Je maîtrisais le sujet, je savais comment parler des états d'âme des professeurs, de leurs déprimes, des consignes parfois aberrantes de l'Éducation nationale, comme la correction au stylo rouge parce qu'elle serait anxiogène pour l'élève."

    Avis de la presse :

  • "Ozon réussit l'exploit de démonter le jouet de la fiction sans en briser le moteur - l'émotion." (Le Monde - Thomas Sotinel)


  • "Un film qui charme, qui étonne, qui excite." (Télérama - Pierre Murat)

  • "Un thriller diaboliquement cérébral et réjouissant..." (20Minutes - Caroline Vié)

  • "Dans son film, François Ozon a retrouvé toute la grâce qui illuminait "Sous le sable" il y a onze ans. (...) Aussi délectable que troublant." (Marianne - Danièle Heymann)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site