Vous êtes ici

"Collision"

Dans le cadre de la semaine nationale d'Éducation contre le racisme, projection du film "Collision" de Paul Haggis le mercredi 20 mars 2013 à 20 heures. Tarif unique : 3€.

Retour en images sur cette riche soirée :




Cette projection exceptionnelle est une initiative de 3 étudiants de l'IUT GEA de l'Université de Dijon, en partenariat avec le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) et la MJC de Chenôve.
Elle s'inscrit dans la semaine nationale 2013 d'éducation contre le Racisme*.
Le collectif d'organisation souhaite créer un espace de rencontre et d'échanges sur le thème du racisme et des discriminations. Dans cette perspective, le film de Paul Haggis met en évidence les préjugés dont nous sommes tantôt porteurs, tantôt victimes et il montre comment ces clichés peuvent générer peur et violence si on n'y prend garde. La projection sera suivie d'un moment de réflexion et de discussion permettant de réagir, commenter ou s'exprimer à propos du film et des questions qu'il soulève. Enfin un pot de l'amitié clôturera cette soirée.

Fiche du film :


Drame américain de Paul Haggis (2004)
Durée : 1h47 min
Avec Sandra Bullock, Don Cheadle, Matt Dillon, Brendan Fraser, Ryan Phillippe

L'histoire :
Deux voleurs de voitures. Un serrurier mexicain. Deux inspecteurs de police qui sont aussi amants. Une femme au foyer et son mari, procureur de district. Tous vivent à Los Angeles. Eux et beaucoup d'autres ne se connaissent pas, leurs vies n'auraient jamais dû se croiser.
Pourtant, dans les prochaines 36 heures, leurs destins vont se rencontrer, révélant ce que chacun voulait cacher ou ne pas voir...

Quelques anecdotes sur le film :
Écrit à partir d'expériences personnelles


Le réalisateur Paul Haggis, également scénariste de Million dollar baby, a écrit le scénario de Collision à partir de ses propres expériences, de ses peurs et de ses observations sur notre monde. L'idée du film lui est venue le jour où, en sortant d'un magasin vidéo à Los Angeles, il s'est fait voler sa voiture sous la menace d'une arme à feu. Il est rentré chez lui, a changé toutes les serrures de sa maison... et a commencé à s'interroger sur ses agresseurs... C'est de cet événement personnel que tout est parti.

Au diable la censure !
Pour Paul Haggis, Collision "parle de l'intolérance et de la compassion, de la manière dont nous détestons tous être jugés sans jamais refuser de juger les autres, ce qui est totalement contradictoire." Sachant qu'il serait de toute façon très difficile d'obtenir le financement d'un film sur les questions d'origine et de classe sociale, le scénariste Bobby Moresco et lui ont décidé de ne pas se censurer. "Nous nous sommes dit : " On écrit comme on le pense et au diable le reste, parce que personne ne voudra jamais faire ce film !, explique Bobby Moresco. Beaucoup de gens nous ont fait d'excellentes suggestions, et nous avons simplement creusé pour découvrir la vérité."

Quelques contre-emplois


Paul Haggis était prêt à prendre des risques avec le casting, persuadé que faire jouer des contre-emplois à ses acteurs - Sandra Bullock en épouse solitaire, Brendan Fraser en ambitieux procureur de district ou encore Ryan Phillippe en policier sur la mauvaise pente - renforcerait l'impact émotionnel de leurs paroles.
La productrice Cathy Schulman souligne : "Je pensais qu'ils auraient des peurs, ou au moins des réticences, d'avoir à faire des choses si négatives, si répréhensibles moralement, mais la vérité est qu'ils ont abordé leur rôle avec le même professionnalisme et le même talent qu'ils mettent au service de rôles plus faciles et plus sympathiques."

Avis de la presse :


  • "Paul Haggis (...) livre une peinture au vitriol de l'Amérique post-11 Septembre, raciste, violente, sectaire. Il montre également les petites guerres intestines que se livrent Blancs et Noirs, Asiatiques et Latinos, riches et pauvres.C'est fort, brutal, sans concession. Passionnant !" (Le Figaroscope - Brigitte Baudin)

  • "Insolent, incorrect, intelligent. Réjouissants d'ironie, les dialogues comme l'intrigue mettent constamment en cause les idées reçues d'une société où une attitude antiraciste peut cacher une manipulation politique." (Positif - Catherine Axelrad)

  • "Un film puissant, complexe et indispensable." (Rolling Stone - Grégory Alexandre)

  • "Au-delà de l'épuisement que suscite une accumulation de coïncidences (...) on n'est pourtant pas tout à fait furieux d'avoir été aussi brutalement et systématiquement manipulés. D'abord parce que c'était pour la bonne cause : Paul Haggis a voulu remettre au premier plan une réalité américaine" (Le Monde - Thomas Sotinel)

    Les partenaires de l'action :



    * La semaine nationale d'éducation contre le Racisme :
    Elle a été instaurée en France à partir de 1990 sous le patronage du ministère de l'Education Nationale, les associations antiracistes et les mouvements éducatifs sont invités à y participer pour en faire un rendez-vous citoyen ; cette semaine encadre chaque année la journée internationale de lutte contre le racisme déclarée par l'ONU à la suite des massacres provoqués le 21 mars 1961 à Sharpeville où des manifestants protestaient pacifiquement contre le régime d'apartheid sévissant alors en Afrique du Sud.

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site