Vous êtes ici

"La French"

Projection du film "La French" de Cédric Jimenez le mardi 13 janvier 2015 à 20 heures et le mercredi 14 janvier 2015 à 14 heures. Tarifs : 5€ / 4€ (adhérent)


A noter : En première partie, la MJC - avec l'appui de l'UDMJC21 - aura le plaisir d'accueillir le réalisateur bourguignon Christophe Gand qui présentera au public son court-métrage "La monnaie s'il vous plait". Ce film a reçu le prix du meilleur court-métrage du festival "Fenêtres sur courts" 2013.

L'histoire : Maxime roule sur les routes de campagne au volant d'un fourgon blindé. Dans le véhicule se trouvent plusieurs millions d'euros qu'il vient de dérober à la société de transport de fonds dans laquelle il est employé. Il se rend chez son père, dans une ferme de la campagne française. En très peu de temps, la portée médiatique de ce vol va complètement dépasser Maxime.


Fiche du film :
Drame français de Cédric Jimenez
Durée : 2h15 min.
Avec Jean Dujardin, Gilles Lellouch, Céline Sallette, Benoît Magimel

L'histoire :
Marseille. 1975. Pierre Michel, jeune magistrat venu de Metz avec femme et enfants, est nommé juge du grand banditisme. Il décide de s'attaquer à la French Connection, organisation mafieuse qui exporte l'héroïne dans le monde entier.


N'écoutant aucune mise en garde, le juge Michel part seul en croisade contre Gaëtan Zampa, figure emblématique du milieu et parrain intouchable. Mais il va rapidement comprendre que, pour obtenir des résultats, il doit changer ses méthodes.

Quelques anecdotes sur le film :

Basé sur des faits réels
La French relate la confrontation entre le juge Michel et Gaëtan Zampa, figure majeure du banditisme à la marseillaise, à l'origine de trafics en tout genre. Également connu sous les pseudonymes «Tany» et «Don Gaetano», Zampa bâtit un véritable empire du crime dans le sud de la France. Proxénétisme, racket, braquages, trafic de drogues à l'échelle internationale... le Parrain sévissait sur tous les fronts. Un jeune magistrat répondant au nom de Pierre Michel fut donc dépêché dans la cité phocéenne en 1975, afin de mettre un frein à ses actes criminels. Quelques années et de nombreuses interpellations plus tard, ce dernier fut brutalement assassiné le 21 octobre 1981. Tany Zappa fut quant à lui écroué en 1983, et mourut le 16 Août 1984 après une tentative de suicide. Le juge et le truand sont ici incarnés par Jean Dujardin et Gilles Lellouche.

La French (Connection)


Le titre La French se veut un raccourci de "French Connection", terme employé pour désigner l'ensemble des acteurs (Tany Zampa compris) impliqués dans un trafic d'héroïne d'envergure internationale, entre le sud de la France et les États-Unis. Le réseau fut démantelé dans les années 1970, par les forces spéciales américaines et françaises, suite à plusieurs années d'enquête. L'histoire de la French Connection inspira par la suite William Friedkin, qui mit le réseau en scène dans un film homonyme couvert de récompenses, avec le trio Gene Hackman, Fernando Rey et Roy Scheider dans les rôles principaux. Le long métrage donna lieu à une suite quelques années plus tard, dirigée cette fois par John Frankenheimer.

Souvenir d'enfance


Cédric Jimenez a grandi à Marseille où son père tenait un restaurant à côté du bar du frère de Gaétan Zampa. Le réalisateur se trouvait dans cette ville lorsque la nouvelle de l'assassinat du Juge Michel fut annoncée. Marqué par cette histoire, il a toujours gardé en lui l'envie de la raconter.

Avis de la presse :

  • "Outre la remarquable reconstitution du Marseille des années 1970, ce thriller (...) palpitant pendant plus de deux heures, mélange subtilement les séquences d'action et des scènes plus intimistes." (Le Parisien - Alain Grasset)

  • "Ce cinéma romanesque, qui remet du sens commun dans la salle et du plaisir sur l'écran, en un acte artistique et militant assumé, est évidemment plus difficile à réussir que ces films décharnés où le vent pousse et la pluie mouille." (L'Express)


  • "Cédric Jimenez signe un polar classieux qui rend hommage aux films noirs de Verneuil, mais n'a rien à envier à la frénésie d'un Scorsese." (Public - Florence Roman)

  • "Plutôt que de renouer avec les films politiques des années 70, "La French" choisit le registre du divertissement brillant, enlevé, misant sur le duel de caractères et l'opposition d'acteurs." (Le Point - François-Guillaume Lorrain)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site