Vous êtes ici

"L'eau c'est la vie", le nouveau film de la classe d'accueil du lycée Antoine

C'est déjà la cinquième année que la classe d'accueil du lycée Antoine, conduite par Nathalie Jalil, professeur de français langue étrangère, travaille avec la MJC pour permettre aux élèves de s'initier à l'audiovisuel, tout en progressant en français. Un documentaire sur l'eau dans le monde, mais aussi où l'on apprend que Darcy n'est pas qu'un arrêt de tram...

Le film est visible en fullHD :
https://youtu.be/KSPs0zgaXU4


La classe UPE2A du lycée Antoine accueillant des élèves nouvellement arrivés en France et la MJC, ont travaillé ensemble toute l'année scolaire pour permettre à ces jeunes qui apprennent le français de réaliser un film et ainsi de perfectionner leur apprentissage de la langue, tout en découvrant l'audiovisuel. Nathalie Jalil et Emmanuel Putigny ont encadré ces élèves, qui ont travaillé sur le thème de l'eau. Leur film a été projeté, en présence des élèves, lors de deux séances publiques gratuites dans la salle de cinéma de la MJC, jeudi 30 juin 2016 à 10H30 et à 19H.
Tout savoir sur l'eau dans le monde, mais aussi sur Henry Darcy qui a donné son nom à la célèbre place dijonnaise, c'est ce que la classe vous propose de découvrir dans ce documentaire de 14 minutes, plein de poésie. Un élève incarne Darcy, l'hydrolicien qui a démocratisé l'eau aux dijonnais en 1840. D'autres se sont investis dans l'aspect technique avec des prises d'images hors du commun, au grés d'un hiver et d'un printemps pluvieux. Comme le précise Blend, qui vient du Kosovo, «Avec Emmanuel, j'ai appris comment filmer et la MJC m'a même prêté la caméra un week-end pour que je prenne des images de sources vers Châtillon sur Seine où j'habite ».

Certains élèves ont écrit des voix off, d'autres un poème, d'autres une chanson en rap sur le thème de l'eau qui conclut le film. Et comme l'explique Titi, venant du Congo, « ici en France, l'accès à l'eau est banalisée, mais dans mon pays, l'eau est un bien rare, il faut faire des kilomètres pour aller la chercher dans un puit.» Et à Soraya d'ajouter « j'espère que les informations que nous donnons serviront de prise de conscience ».

Les 2 encadrants expliquent que « travailler avec ces élèves autour d'un projet audiovisuel est une richesse incroyable, tellement leur culture d'origine et leur personnalité apportent une créativité et un engouement formidables. Ils aiment apprendre. »

Dans la même rubrique

Rechercher sur le site