Vous êtes ici

"Ce qui nous lie"

Projection du film "Ce qui nous lie" de Cédric Klapisch le mardi 12 septembre 2017 à 20h30 et le mercredi 13 septembre 2017 à 14 heures. Tarifs : 5€50 / 4€50 (adhérent)


Fiche du film :
Comédie dramatique de Cédrix Klapish. Durée : 1h54 min.
Avec Pio Marmai, Ana Girardot, François Civil

L'histoire :
Jean a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. En apprenant la mort imminente de son père, il revient dans la terre de son enfance. Il retrouve sa soeur, Juliette, et son frère, Jérémie. Leur père meurt juste avant le début des vendanges. En l'espace d'un an, au rythme des saisons qui s'enchaînent, ces 3 jeunes adultes vont retrouver ou réinventer leur fraternité, s'épanouissant et mûrissant en même temps que le vin qu'ils fabriquent.

Quelques anecdotes sur le film :

Une histoire familiale


Cédric Klapisch assimile le vin à son père qui lui a transmis cette passion. C'est pour cette raison qu'il nourrit depuis longtemps l'idée de faire un film sur ce sujet. Le réalisateur explique : "J'ai connu le vin par mon père – qui ne boit pratiquement que du Bourgogne. Quand j'ai commencé à boire (vers 17-18 ans) il me faisait goûter ses vins... C'est grâce à lui que j'ai eu cet apprentissage. Jusqu'à il y a peu de temps il nous emmenait en Bourgogne mes soeurs et moi faire des dégustations dans des caves. C'était une sorte de rituel, une fois tous les deux ans à peu près... (...) Je sentais intuitivement que si je voulais faire un film sur le vin c'était parce que j'avais envie de parler de la famille. Ce que l'on hérite de ses parents, ce que l'on transmet à ses enfants."

Le choix de la Bourgogne


Cédric Klapisch a choisi de situer l'intrigue du film en Bourgogne car dans cette région, les exploitations sont en général plus familiales qu'ailleurs. De plus, dans le Bordelais les surfaces sont beaucoup plus grandes et la plupart du temps les domaines se sont industrialisés au point d'être gérés parfois par de grands groupes financiers, ce qui ne va pas dans le sens de la problématique du film.

Changements de titres


Ce qui nous lie s'appelait d'abord sobrement "Le Vin", puis "30 printemps" et "Le Vin et le vent". Lorsque Cédric Klapisch a fini le montage, il s'est ensuite dit en blaguant que ce serait drôle d'appeler le film "Ce qui nous nous", en référence à Ce qui me meut, le court métrage qu'il avait réalisé en 1989. Mais StudioCanal n'aimait pas ce titre (du fait de son côté comique via "nous noue"). Klapisch se souvient : "On avait aussi évoqué Ce qui nous lie, j'ai réfléchi et je me suis dit qu'ils avaient raison : Ce qui nous lie était plus intéressant. D'une part il y a le jeu de mot avec la lie du vin, et puis disons que le noeud familial et lien familial, ce n'est pas la même chose. C'est un film sur le lien, pas sur le noeud..."

avis de la presse :

  • "Sur fond de terroir et de liens du sang, Cédric Klapisch nous sert l'un de ses meilleurs crus." (aVoir-aLire.com - Claudine Levanneur)


  • "Les images de la Bourgogne, des vallons, des coteaux, des vignes, sont un hymne à la région. "Ce qui nous lie" de Cédric Klapisch, un film sur le vin, la Bourgogne, la famille : une excellente cuvée !" (Culturebox - France Télévisions - Marie-Hélène Bonnot)

  • "Le film fourmille de scènes hilarantes, délicieux contrepoints à la mélancolie d'une enfance qui s'enfuit." (La Croix - Corinne Renou-Nativel)

  • "Sur le double thème du récit de domaine et du monde du vin, un film qui, en évitant la plupart du temps les clichés, accorde son rythme à celui des saisons, équilibrant la douceur sucrée de l'émotion par l'acidité vive d'une chronique de la transmission." (Le Dauphiné Libéré - Jean Serroy)


  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site