Vous êtes ici

"Les Hommes du feu"

Projection du film "Les Hommes du feu" de Pierre Jolivet le mardi 26 septembre 2017 à 20h30 et le mercredi 27 septembre 2017 à 14 heures. Tarifs : 5€50 / 4€50 (adhérent). Séances spéciales avec la présence de sapeur-pompiers.

Projections exceptionnelles les mardi 26/09 et mercredi 27/09 en présence de sapeur-pompiers du centre de secours du Transvaal. Une occasion unique pour échanger sur la vie quotidienne d'un pompier et mieux comprendre cette profession si singulière, au service des autres !


Fiche du film :
Drame français de Pierre Jolivet
Avec Roschdy Zem, Emilie Dequenne, Michaël Abiteboul
Durée : 1h30 min.

L'histoire :
Philippe, 45 ans, dirige une caserne dans le Sud de la France. L'été est chaud. Les feux partent de partout, criminels ou pas. Arrive Bénédicte, adjudant-chef, même grade que Xavier, un quadra aguerri : tension sur le terrain, tensions aussi au sein de la brigade... Plongée dans la vie de ces grands héros : courageux face au feu, mais aussi en 1ère ligne de notre quotidien.

Quelques anecdotes sur le film :


Origine du projet
Pierre Jolivet a eu l'idée de faire un film centré sur des pompiers pour deux raisons. En premier lieu un fait divers de 2012 où un adolescent de 14 ans avait mis le feu à 400 hectares au Plan d'Orgon dans les Bouches-du-Rhône. En second un incendie qui a eu lieu dans un village du Club Med où il était présent avec son frère. Marqué par ces deux événements, le metteur en scène s'est alors tourné vers des psychologues pour comprendre ce qui peut pousser quelqu'un à déclencher un incendie et est également allé au contact des pompiers qui lui ont parlé de leur quotidien. Jolivet se rappelle :


"Je me suis souvenu de deux moments clés de ma vie où j'ai eu besoin d'eux – deux accidents de la route très graves... En fait, les pompiers ont été en première ligne dans ma vie, comme ils sont en première ligne de la vie de tout le monde, tous les jours. Dans l'ordinaire, comme dans l'extraordinaire des attentats, par exemple. Ils sont en première ligne du malheur, en fait. Or, pour la plupart d'entre eux, ils sont volontaires. Volontaires pour mettre leurs corps en danger. C'est un drôle de destin, non ? Là, avec les producteurs, on s'est dit : c'est ça, le sujet. Il faut faire un film sur les pompiers."

Authenticité


Pierre Jolivet a voulu coller au plus près du réel et tout ce que l'on voit dans le film lui a été raconté par des pompiers. Le capitaine de la caserne où le film a été tourné, Stéphane Guyot, a même relu et validé chaque scène. "Il n'était pas question de faire un film de super-héros, pas question d'enjoliver la réalité – leur quotidien parle de lui-même. A l'inverse, un documentaire ne m'aurait pas permis d'aller aussi près des flammes, pour des raisons évidentes de sécurité, ou à l'intérieur d'une voiture accidentée, au plus près des blessés", confie Jolivet.

Au plus près des pompiers
"L.627" de Bertrand Tavernier, qui raconte la vie d'une brigade des stups, sans artifice et quasiment sans histoire, a servi de modèle à Pierre Jolivet pour réaliser Les Hommes du feu. Le metteur en scène explique : "Filmer des pompiers, c'est filmer des hommes et des femmes qui s'engagent physiquement et j'ai toujours aimé raconter ce qui passe par le corps : j'ai donc voulu être organiquement avec eux. D'où la caméra à l'épaule. Finalement je ne voulais pas faire un film « sur » les pompiers mais un film où on est « avec » les pompiers."

Cohabitation


Pour les besoins du tournage, Pierre Jolivet et son équipe étaient en immersion totale dans une vraie caserne pendant sept semaines. "Au départ, les pompiers étaient assez circonspects. Ils nous acceptaient parce qu'ils en avaient reçu l'ordre d'en haut. Le colonel des pompiers de l'Aude, le Colonel Benedittini m'avait dit : « Je vous laisse les pompiers et l'équipement : la caserne est à vous ». Le lieutenant Aragou qui dirige la caserne a très vite compris ce qu'était le cinéma et m'a fait confiance. Mais pour son équipe, il a fallu plus de temps. Nous voyant un peu comme des rigolos qui allaient faire joujou, ils ont voulu discuter chaque détail, pour que ce soit le plus réaliste possible. Mais très vite, en se côtoyant, ces deux mondes, celui des pompiers et celui du cinéma, ont fini par se rejoindre", se rappelle le réalisateur.

Avis de la presse :

  • "Alliant scènes d'action et moments plus intimes, Pierre Jolivet livre à la fois un divertissement rythmé et une étude psychologique fascinante." (20Minutes - Caroline Vié")

  • "Un excellent film dont le réalisme frôle le documentaire." (Le Figaro - Etienne Sorin)


    - "Pierre Jolivet aime les films mettant en scène la réalité des métiers : avec les pompiers luttant contre les incendies d'été, il trouve un sujet parfait, souvent traité avant lui, mais qu'il développe à sa façon, solide, documentée, réaliste, agrémentée de la pointe de romanesque qu'il faut." (Le Dauphiné Libéré - Jean Serroy)

  • "Le film est porté par un casting génial qui rend le film touchant de bout en bout et qui permet de mieux comprendre ces hommes et ces femmes du feu qui ont choisi cette carrière avec les joies et les sacrifices qu'elle implique." (Culturebox - France Télévisions - Alexis Tromas)

  • "La caméra à l'épaule s'impose donc comme une évidence dans ce film en forme de chronique, qui délaisse volontairement suspense et rebondissements. Les interventions se succèdent et suffisent à faire monter la tension (...)." (Télérama - Jérémie Couston)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site