Vous êtes ici

"Petit paysan"

Projection du film "Petit paysan" de Hubert Charuel le mardi 10 octobre 2017 à 20h30 et le mercredi 11 octobre 2017 à 14 heures. Tarifs : 5€50 / 4€50 (adhérent).


Fiche du film :
Drame français de Hubert Charuel
Avec Swann Arlaud, Sara Giraudeau, Bouli Lanners
Durée : 1h30 min.

L'histoire :
Pierre, la trentaine, est éleveur de vaches laitières. Sa vie s'organise autour de sa ferme, sa soeur vétérinaire et ses parents dont il a repris l'exploitation. Alors que les premiers cas d'une épidémie se déclarent en France, Pierre découvre que l'une de ses bêtes est infectée.


Il ne peut se résoudre à perdre ses vaches. Il n'a rien d'autre et ira jusqu'au bout pour les sauver.

Quelques anecdotes sur le film :

Fils de paysans
Hubert Charuel est lui-même fils de paysans. La ferme de ses parents se situe à Droyes, entre Reims et Nancy, à vingt kilomètres de Saint‑Dizier, la ville la plus proche. Le metteur en scène confie : "Ce qui leur a permis de survivre à la crise laitière, c'est beaucoup de travail, peu d'investissements, peu de nouveaux outils, des emprunts limités. Cela signifie beaucoup d'intelligence et aussi s'user physiquement pour survivre."

Crise de la vache folle


Hubert Charuel a été particulièrement marqué par la crise de la vache folle durant les années 1990. Le réalisateur se rappelle : "Je me revois devant la télé, il y a un sujet sur la maladie, personne ne comprend ce qui se passe, on tue tous les animaux. Et ma mère me dit : « Si ça arrive chez nous, je me suicide ». J'ai dix ans et je me dis que ça peut arriver... Je me souviens de la tension qu'il y avait partout. Comme Pierre le fait avec sa soeur, les paysans appellent souvent leur vétérinaire, ils veulent être rassurés. Et Creutzfeld-Jacob était si particulier que les vétos ne savaient pas quoi dire. On ne savait pas par où passait la contamination, c'était la panique générale. Une paranoïa totale."

Tourner dans la ferme familiale


Hubert Charuel a tourné Petit paysan dans la ferme de ses parents. Une manière de reprendre l'exploitation pour le réalisateur, qui se souvient : "Quand on a commencé à écrire, je n'y pensais pas parce que la ferme était toujours en activité. Mais après la retraite de mon père, ma mère est partie avec ses bêtes dans une autre exploitation. A partir du moment où on avait cette ferme vide, je me suis dit : « C'est le décor que je connais le mieux ». J'ai fait venir Sébastien Goepfert, mon chef-op, on est tombé d'accord : cette vieille ferme, que mes parents ont retapée eux-mêmes, a un cachet. Bon, ensuite, Sébastien a fait un peu la tête en voyant l'exigüité de la salle de traite... !"

Immersion
Pour être crédible dans la peau d'un paysan, Swann Arlaud est venu faire une semaine de stage chez des cousins de la mère de Hubert Charuel. "Vivre comme un paysan, travailler comme un paysan. Les cousins ne voulaient plus le laisser partir : « Il est hyper fort, on a besoin de lui... »", se rappelle le réalisateur.

Avis de la presse :


  • "Avec un sens du casting, de l'écriture, du filmage et du montage, le jeune cinéaste défriche un terrain peu visité, la fiction agricole qui vire au genre." (Bande à Part - Olivier Pélisson)

  • ""Petit Paysan" est un bijou de drame rural qui raconte l'amour entre un éleveur et ses vaches." (Le Parisien - Catherine Balle)

  • "Avec Petit Paysan, ce jeune réalisateur a réussi un premier film poignant sur un jeune éleveur passionné." (Ouest France - Gilles Kerdreux)

  • "Hubert Charuel plante son polar dans le monde agricole. Et y fait pousser une fleur vénéneuse, ce très réussi "Petit paysan"." (Transfuge - Frédéric Mercier)


  • "Le film navigue constamment sur une ligne tendue entre le réel et l'abstrait, cette frontière indéfinissable entre ce que l'on connaît du monde et ce que celui-ci, par sa violence et son caractère arbitraire, nous pousse à faire, nous entraînant ainsi de l'autre côté." (Critikat.com - Fabien Reyre)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site