Vous êtes ici

"Le Musée des merveilles"

Dans le cadre de l'action "Générations Ciné", la MJC de Chenôve accueillera la projection du film "Le Musée des merveilles" de Todd Haynes le mercredi 26 octobre 2018 à partir de 14 heures. Tarifs : 3€50 (enfants) / 4€50 (adultes) et bénéficiez d'1.50€ de réduction avec les chèques de réduction "Passeurs d'Images".


Fiche du film :
Comédie dramatique de Todd Haynes
Avec Oakes Fegley, Millicent Simmonds, Julianne Moore
Durée : 1h57 min.

L'histoire :
Sur deux époques distinctes, les parcours de Ben et Rose. Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu'il n'a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d'une mystérieuse actrice. Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère l'indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York.

Quelques anecdotes sur le film :

Adaptation


Le Musée des Merveilles est l'adaptation cinématographique du roman illustré pour enfants "Wonderstruck" de Brian Selznick, publié en 2011. Il s'agit d'un écrivain pour enfants, dont le roman illustré "L'Invention de Hugo Cabret" (2007) est son oeuvre la plus connue, qui lui a valu la médaille Caldecott (un prix attribué à l'illustrateur du meilleur livre pour enfants de l'année aux Etats-Unis).

Une rencontre
Todd Haynes a rencontré Brian Selznick par la biais de sa chef costumière attitrée Sandy Powell. Le metteur en scène se rappelle : "Au cours d'une discussion informelle sur les réalisateurs susceptibles de s'atteler au film, Sandy avait cité mon nom et Brian, qui connaissait bien mes films, avait aimé l'idée. Je l'ai ensuite rencontré à l'expo David Bowie, à Chicago, au cours d'une conférence à laquelle je participais en tant que réalisateur de Velvet Goldmine. J'étais alors focalisé sur Carol, mais cette première rencontre m'a donné le temps de lire le scénario, puis le livre. Dans cet ordre, puisque Brian avait déjà écrit l'adaptation !"

Contrainte de taille


Comme sa filmographie en témoigne, Todd Haynes est un grand spécialiste des reconstitutions. Dans "Le Musée des merveilles", il y en a deux : les années 1970 et les années 1920. Le cinéaste revient sur les difficultés de tournage liées à cette contrainte : "Tout était très compliqué parce qu'il fallait tenir compte des limitations de temps liées au fait de tourner avec des enfants. La seule façon de gérer cette équation était de tourner un peu des deux histoires chaque jour. Il fallait donc gérer la reconstitution des années 70 et recréer un monde années 20 au coin de la même rue, ce qui était un formidable défi logistique."

Surdité


Pendant l'écriture du roman, Brian Selznick a consulté plusieurs amis et collègues en lien avec la culture et l'éducation des sourds afin de décrire avec le plus d'authenticité possible l'expérience de ses personnages sans centrer exclusivement l'histoire sur leur handicap. Il a aussi pu compter sur l'aide de son frère, sourd d'une oreille – tout comme Ben avant qu'un accident, peu de temps après la mort de sa mère, ne le prive entièrement de son audition –, ce qui lui a permis de développer un point de vue différent de celui de gens sourds de naissance, tels que Rose.

Un "acid trip for kids"
Todd Haynes définit Le Musée des merveilles comme un « acid trip for kids ». Le cinéaste explique : "Il y a deux histoires qui s'entremêlent, s'emmêlent, quelque chose de mystérieux et d'étrange se produit, aux intersections des deux univers, à la limite d'une altération de nos perceptions spatio-temporelles. Le fait que les deux héros soient sourds et perçoivent donc le monde de manière parcellaire a un impact direct sur la façon de regarder le film, de ressentir les silences, les musiques, en particulier le contraste entre la surdité de Ben et le brouhaha de la partie 70's."

Avis de la presse :


  • "Porté par une BO magnifique, ce conte sur l'émerveillement de l'enfance nous promène dans la Grosse Pomme, à deux époques différentes, avec une facilité bluffante. Il va vous bouleverser." (Femme Actuelle - Amélie Cordonnier)

  • "Une merveille de film interprété par une actrice deux fois merveilleuse." (Marianne - Olivier de Bruyn)

  • "Quel enchantement que Le musée des merveilles de Todd Haynes, présenté à Cannes cette année !" (20Minutes - Caroline Vié)


  • "Mi-conte pour enfants, mi-mélo pour grands, "Le Musée des merveilles" est une lettre d'amour à New York, une ode à la transmission, à la vivacité du patrimoine culturel, aux petites vies qui font la grande Histoire et à Julianne Moore, la muse du cinéaste." (Le Nouvel Observateur - Nicolas Schaller)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site