Vous êtes ici

"L'incroyable histoire du facteur Cheval"

Projection du film "L'incroyable histoire du facteur Cheval" de Nils Tavernier le mardi 26 février 2019 à 20 heures 30 (Séance unique). Tarifs : 5€50 / 4€50 (adhérent).


Fiche du film :
Comédie dramatique française
Réalisée par Nils Tavernier
Avec Jacques Gamblin, Laetitia Casta, Bernard Le Coq
Durée : 1h45 min

L'histoire :
Fin XIXème, Joseph Ferdinand Cheval, est un simple facteur qui parcourt chaque jour la Drôme, de village en village. Solitaire, il est bouleversé quand il rencontre la femme de sa vie, Philomène. De leur union naît Alice. Pour cette enfant qu'il aime plus que tout, Cheval se jette alors dans un pari fou : lui construire de ses propres mains, un incroyable palais. Jamais épargné par les épreuves de la vie, cet homme ordinaire n'abandonnera pas et consacrera 33 ans à bâtir une oeuvre extraordinaire : "Le Palais idéal".

Quelques anecdotes sur le film :

La genèse


Quand la productrice Alexandra Fechner a proposé le film à Nils Tavernier, d'après une idée originale de Fanny Desmarès, le réalisateur l'a pris comme un cadeau. "A l'époque, je ne savais rien du Facteur Cheval, mais je suis allé visiter son Palais. J'y ai découvert qu'un homme avait construit un terrain de jeux pour sa fille, pendant 30 ans, avec des cailloux... un vrai héros de cinéma ! L'histoire de cet homme qui, à force d'obstination et d'entêtement réalise son rêve, était au fond du même ordre que celle de De toutes nos forces ; une success story un peu à la Billy Elliot. Après m'être documenté sur Joseph Cheval, j'ai eu envie de raconter son parcours à travers un film romantique, et sur sa famille."

Le scénario


Nils Tavernier et Laurent Bertoni (son co-scénariste depuis plus de 15 ans) ont trouvé assez vite le ton et le rythme du scénario. "Nous avons fait de nombreuses recherches pour imaginer au mieux le profil psychologique de nos personnages, notamment celui de Joseph Ferdinand Cheval qui évolue tout au long du film. Cet homme peu bavard, d'apparence plus à l'aise dans la nature, au milieu des oiseaux, qu'avec les humains, finit par trouver un fabuleux mode d'expression à travers la construction de son Palais. En ce qui concerne sa seconde femme, Philomène, la mère de sa fille tant aimée, nous n'avions que peu d'éléments. Nous savions juste qu'elle avait vécu jusqu'au bout de sa vie avec lui, pendant trente-six ans. J'ai voulu mettre en avant cette femme qui aime et soutient pleinement son mari ; et si elle râle parfois et lui reprochant son entêtement, jamais les colères et emportements ne prennent le dessus. Pour avoir beaucoup travaillé sur le handicap et la différence, j'ai connu des femmes comme elle, entièrement « dévolues » à leurs hommes (selon l'expression de Françoise Dolto). Il ne s'agit pas d'un amour inconditionnel comme on peut en porter à un enfant, mais d'un amour solide, résistant à tout, aux deuils comme à la dureté de la vie."

Jacques Gamblin est le facteur Cheval


Jacques Gamblin est un acteur hors norme selon Nils Tavernier. "J'étais allé le chercher, lui et personne d'autre, pour jouer le père dans De toutes nos forces.", confie le cinéaste. "Face à l'acteur handicapé moteur cérébral qui devait jouer le fils dans ce film, j'avais besoin d'un comédien sur lequel, quoiqu'il arrive, je savais pouvoir m'appuyer. Jacques a assumé ce rôle au-delà des mes espérances. C'est un interprète dont toutes les prises sont bonnes et qui est d'une précision de métronome. Lui qui fut d'abord danseur a gardé de cette discipline la maîtrise du rythme. Il peut vous faire plusieurs propositions de jeu pour une seule scène, il la jouera toujours dans le même temps, à une seconde près. A part Isabelle Huppert, je ne connais pas d'autre acteur qui ait cette faculté-là. Lorsqu'il arrive sur le plateau, sa concentration et sa détermination imposent le silence et le respect. J'ai écrit le scénario de L'Incroyable Histoire du Facteur Cheval pour Jacques. En perdant quelques kilos, avec une heure trente de maquillage quotidien (visage et mains comprises), il a réussi à ressembler tellement à Joseph Ferdinand Cheval que, dans le film, certains ne l'ont pas reconnu tout de suite. Il s'est approprié ce rôle d'une manière hallucinante. En amont du tournage, il a énormément travaillé. Il a appris les textures des pierres et le maniement des instruments des maçons en répétant leurs gestes pendant des heures. Il est allé au-delà de la précision que demandait le film, tout en faisant évoluer son personnage sur un demi-siècle. Son travail est celui d'un orfèvre. Il nous a stupéfiés ! S'il avait refusé ce rôle, je n'aurais peut-être pas renoncé au film, mais franchement, je ne vois pas qui aurait pu l'incarner aussi bien."

Tournage au Palais Idéal
L'une des appréhensions que Nils Tavernier avait sur ce film était liée au tournage dans un lieu classé par les Monuments Historiques,le Palais Idéal situé à Hauterives dans la Drôme. "Mais tout s'est merveilleusement bien passé. Ils ont lu le scénario et l'ont approuvé, nous recevant comme des rois. On a travaillé main dans la main. Les restaurateurs du lieu ont même aidé Jacques Gamblin à se préparer. J'ai d'ailleurs tellement tourné sur cet apprentissage, que j'ai de quoi faire un documentaire sur la préservation et la restauration des monuments !


Les difficultés du tournage ont été principalement techniques. Reconstituer le début de la construction du Palais a nécessité des trucages qui ont relevé des casse-têtes chinois. Il a fallu détourer le monument, travailler sur des fonds verts, jouer à tout va avec la palette graphique. Par exemple, lorsque Claire Philomène regarde sa fille et son mari jouer dehors, on a dû redessiner, dans l'arrière-plan, la réflexion du Palais, car, en fait, celui-ci n'est pas devant la maison mais éloigné de plusieurs kilomètres... On a beaucoup « storyboardé », réfléchi aux directions de lumière et sollicité le décorateur. Le seul élément qu'on a vraiment reconstitué en dur a été l'arche, car j'aimais bien l'idée que la première chose que construit le facteur soit une porte qui ouvre sur la montagne. Il y a en tout 90 plans truqués sur ce film, assez titanesque, mais... passionnant !"


Avis de la presse :

  • "Un film romantique qui, à travers le portrait de cet homme rugueux au coeur tendre, donne foi en l'humanité." (aVoir-aLire.com - Claudine Levanneur)

  • "Ce projet réclamait un acteur idéal, crédible dans un personnage de taiseux, inadapté au monde des hommes. C'est paradoxalement Jacques Gamblin, d'habitude attaché à faire danser son corps, qui réussit à rendre bouleversante cette performance." (Le Parisien - La Rédaction)


  • "Le film ressemble à son personnage central : silencieux et attachant, tenant les émotions à distance sans jamais les esquiver. Il puise sa beauté dans le mystère qui continue d'entourer le Palais idéal du facteur Cheval." (La Croix - Corinne Renou-Nativel)

  • "Jacques Gamblin parvient à donner de la chair à un taiseux de premier ordre. Solitaire furieusement inadapté, têtu et obstiné, le facteur Cheval se révèle maladroit avec les sentiments, un peu comme s'il n'avait jamais appris le bonheur. De ce bloc énigmatique aussi solide qu'un caillou, l'acteur réussit à faire émerger l'émotion." (La Voix du Nord - Christophe Caron)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site