Vous êtes ici

"La vie scolaire"

Projection du film "La vie scolaire" de Grand Corps Malade / Mehdi Idir le mardi 8 octobre 2019 à 20h30 et le mercredi 9 octobre à 14 heures. Tarifs : 5€50 / 4€50 (adhérent).


Fiche du film :
Comédie dramatique de Grand Corps Malade et Mehdi Idir
Avec Zita Hanrot, Liam Pierron, Soufiane Guerrab, Alban Ivanov
Durée : 1h51min.

L'histoire :
Une année au coeur de l'école de la république, de la vie... et de la démerde ! Samia, jeune CPE novice, débarque de son Ardèche natale dans un collège réputé difficile de la ville de Saint-Denis. Elle y découvre les problèmes récurrents de discipline, la réalité sociale pesant sur le quartier, mais aussi l'incroyable vitalité et l'humour, tant des élèves que de son équipe de surveillants.


Parmi eux, il y a Moussa, le Grand du quartier et Dylan le chambreur. Samia s'adapte et prend bientôt plaisir à canaliser la fougue des plus perturbateurs. Sa situation personnelle compliquée la rapproche naturellement de Yanis, ado vif et intelligent, dont elle a flairé le potentiel. Même si Yanis semble renoncer à toute ambition en se cachant derrière son insolence, Samia va investir toute son énergie à le détourner d'un échec scolaire annoncé et tenter de l'amener à se projeter dans un avenir meilleur...

Quelques anecdotes sur le film :

Après "Patients"


Après "Patients", Grand Corps Malade et Mehdi Idir avaient envie de traiter de l'école, mais sans idée préconçue. Ils ont choisi le collège car, selon eux, en dehors de l'aspect scolaire, c'est là où tu te construis, tu vis tes premiers flirts, tu t'affirmes : "Mehdi et moi avons adoré cette période", confie Grand Corps Malade. "C'est une période charnière qui nous a beaucoup marqués. Mais nos souvenirs datent des années 90. Il a fallu se remettre dans le bain, aller sur place pour observer", ajoute Mehdi. "Pour autant, on savait que des scènes vécues en 1994 pouvaient sonner justes en 2019. Certains de nos proches bossent dans l'éducation. Et moi j'ai animé des Ateliers Slam dans des collèges. On avait remarqué qu'il y avait des constantes", relate GCM.

Écrire le scénario


Grand Corps Malade et Mehdi Idir ont démarré l'écriture du scénario avec 6 ou 7 scènes qu'ils tenaient à placer, des séquences inspirées de moments vécus ou observés, d'autres nourries d'anecdotes qu'on leur a racontées. "Puis on s'est demandés ce qu'on pourrait apporter par rapport aux films déjà réalisés sur ce thème. Pendant notre observation, on a constaté qu'un conseiller principal d'éducation (CPE) est à la croisée des chemins. Entrer dans l'histoire par son biais permettait de connecter les histoires entre elles. Un CPE traite 10 problèmes différents par heure. Il est en contact avec les parents, les élèves, le personnel administratif, les professeurs", affirme Mehdi. "On a su assez vite que nos personnages principaux seraient Samia, une CPE et Yanis, l'élève qu'elle prend sous son aile. Leur histoire est devenue le fil rouge du scénario", ajoute GCM.

Bâtir les personnages


Pour que les personnages soient crédibles, Grand Corps Malade et Mehdi Idir se sont appuyés sur des personnes existantes. Celui de l'élève qui tisse des mensonges toujours plus énormes pour expliquer ses retards s'inspire d'une légende de Saint-Denis. Un certain Farid, capable de raconter qu'il a volé un hélicoptère. Celui de Samia s'est construit à partir de ce que les cinéastes ont pu observer notamment chez les CPE. "On aime tellement Soufiane Guerrab humainement et artistiquement qu'on a failli lui confier le rôle. Mais on tenait à ce qu'il soit féminin, alors on lui a donné le second : celui de Messaoud. Ce prof de maths respecté des élèves, autoritaire et chambreur s'inspire de la personnalité d'un pote : un agrégé de physique né à Saint- Denis qui a toujours voulu y enseigner. À l'opposé de cet enseignant idéal, il y a le prof antipathique. Sur la première version du scénario, il était un peu caricatural. On l'a réécrit pour lui apporter de la nuance. Au casting Antoine Reinartz a amené une humanité supplémentaire", analyse GCM.

Pas de stars


"Patients n'a pas modifié notre envie de tourner avec des acteurs peu connus", confie Mehdi Idir. "On aurait pu être tenté de réaliser La Vie scolaire avec des stars. Mais ce n'est pas le cinéma qu'on veut faire. Sur Patients, malgré la difficulté à financer un film sans têtes d'affiche, nos producteurs Éric et Nicolas Altmayer, tout comme Jean-Rachid, nous ont suivis. Alors on est reparti sur le même schéma."

Avis de la presse :

  • "Il y a autant d'humour que de gravité dans "La Vie scolaire", mais surtout une immense générosité à l'égard de ses personnages auxquels on s'attache dans leur force et leur faiblesse." (20Minutes - Caroline Vié)


  • "Sous ses allures de vraie comédie réussie, La Vie scolaire sonne juste." (Ouest France - Gilles Kerdreux)

  • "Grand Corps Malade et Mehdi Idir font leur rentrée dans un collège de banlieue parisienne. A la vie scolaire, on a la foi, et l'espoir de croire en l'autre. Et en l'école." (Dernières Nouvelles d'Alsace - Nathalie Chifflet)

  • "Avec l'humour et la profondeur qui avaient caractérisé leur premier film sur un centre de rééducation, Grand Corps Malade et Mehdi Idir signent une nouvelle comédie, juste et sensible, sur un collège." (La Croix - Corinne Renou-Nativel)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site