Vous êtes ici

"Place des Victoires"

Projection du film "Place des Victoires" de Yoann Guillouzouic le mardi 17 décembre 2019 à 20h30 et le mercredi 18 novembre à 14 heures. Tarifs : 5€50 / 4€50 (adhérent).


Fiche du film :
Comédie dramatique française
Réalisé par Yoann Guillouzouic
Avec Guillaume De Tonquédec, Piti Puia, Richard Bohringer
Durée : 1h43 min

L'histoire :
Place des Victoires est l'histoire d'une rencontre improbable et salvatrice entre Bruno, quadragénaire marginalisé par des déboires professionnels et familiaux, et Gagic, petit garçon de la rue, espiègle et chapardeur. Bruno va peu à peu remonter à la surface, guidé par ce petit garçon solaire, plein de malice et de poésie.

Quelques anecdotes sur le film :

Naissance du projet


Yoann Guillouzouic a d'abord songé aux thèmes qu'il voulait aborder, aux personnages, à des atmosphères, au style de film qu'il souhaitait faire et partager. À partir de là, le cinéaste a construit une histoire simple dans laquelle un adulte se cogne au réel, avec des obstacles comme la dureté de l'époque, les problèmes d'argent, les errements et conflits personnels. "Face à cet homme tombé des étages, débarque un enfant de la rue, solaire et plein de vie que je voulais empreint de poésie, à la croisée des chemins entre Jiro Taniguchi et l'univers Pixar. Ce petit garçon de douze ans représente l'enfance légère, insouciante, drôle et colorée, salvatrice d'un monde adulte parfois lourd, névrosé et fossoyeur. Un peu comme si Ratatouille débarquait dans Lost in translation !", explique-t-il.

Le petit Gagic


Le petit Gagic est incarné par Piti Puia, un jeune Roumain qui vient de la rue et qui a été repéré lors d'un casting sauvage. C'est la directrice de casting Elsa Pharaon qui l'a présenté à Yoann Guillouzouic via une association de « camion école », qui dispense, aux portes de Paris, un enseignement scolaire aux enfants vivant hors de tout système éducatif. Le réalisateur se rappelle :
"Piti ne parlait pas français, il n'avait évidemment aucune idée de ce qu'est un casting mais parmi la vingtaine d'enfants qui avaient été filmés, il est tout de suite sorti du lot. Quand j'ai rencontré Piti, il était un enfant structuré, présent au monde et heureux de vivre. Il lui manquait, certes, un toit sur sa tête, de l'argent dans ses poches, à manger, à boire et à lire, mais pour le reste, il allait très bien. Piti ne cherche pas la reconnaissance à tout prix et n'en veut à personne. Il est libre, sans aigreur ni agressivité, bien au contraire."

Lieux où l'on ne fait que passer


En dehors des séquences tournées dans le petit appartement de Bruno, Yoann Guillouzouic a posé sa caméra dans des lieux où, en général, on ne fait que passer : des rues, des trottoirs, des escaliers, des paliers, etc. Le cinéaste raconte : "Ce sont des lieux de croisements et de regards, des moments où l'on est "en chemin", de passage, des endroits qui ne sont pas des lieux de vie, sinon pour les passants, les exclus et les "empêchés d'entrer". Ce sont des espaces traits d'union, des entre-deux, la crête sur laquelle évolue nos deux personnages : Bruno est entre deux mondes, celui des intégrés et celui des désocialisés, et Gagic entre deux cultures, celle de ses parents et celle du pays dans lequel il survit. Ces lieux sont aussi ceux de la brièveté, des instants qui s'évanouissent aussi vite qu'ils peuvent en dire long lorsqu'ils sont saisis au bon moment."

Avis de la presse :

  • "Il y a du Une époque formidable dans ce Place des Victoires. Et pas seulement parce que ces deux films partagent un acteur : Richard Bohringer, qu'on est heureux de revoir en bougon au grand coeur." (Première - Thierry Chèze)


  • "Pour son premier long-métrage, "Place des Victoires", Yoann Guillouzouic signe un drame tendre et plein d'émotions." (CNews - La Rédaction)

  • "Un film touchant sur la détresse de la rue et la difficulté de s'en sortir." (Femme Actuelle - Sabrina Nadjar)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site