Vous êtes ici

Bernard MONNIAUX s'en est allé...

Un ami de longue date, Bernard Monniaux, vient de nous quitter à l'âge de 72 ans. Ce bonbi de toujours fut un des pionniers de la M.J.C. lorsque celle-ci se situait rue E.Herriot.


C'est là que j'ai fait sa connaissance. Il participa, en tant que jeune étudiant en droit, à la première réunion générale de l'association naissante, en juin 1966. Et c'est sous la présidence du Conseil de Maison animé par René Soro que furent présentées aux jeunes présents (une quarantaine), les premières activités ainsi que leurs animateurs et animatrices, tous bénévoles.

Fin 1967, Bernard fit son entrée au Conseil d'Administration sous la toute jeune présidence d'Arthur Fleurot. Très intéressé par les questions de citoyenneté et de civisme, Bernard anima plusieurs causeries telles « Le Maire : ses droits et ses devoirs », « Les votes : modes de scrutins, les majorités, le référendum, les quorums requis ». Une vingtaine de jeunes y participent.


En juin 1968 eurent lieu les élections législatives suite à une dissolution de l'Assemblée Nationale par De Gaulle. Bernard, qui milite comme beaucoup d'autres jeunes pour le droit de vote dès l'âge de 18 ans, propose la tenue d'élections parallèles à la M.J.C. ! Forcément, les autorités de tutelle ne sont pas d'accord et, dans un télégramme de la Préfecture reçu à la Mairie, il nous fut signifié l'interdiction formelle de ces élections à la M.J.C.. Qu'à cela ne tienne, Bernard mit à la disposition des jeunes la grange de ses parents, rue Roger Salengro.

La relation d'amitié avec Bernard Monniaux s'est construite à l'occasion de diverses initiatives dont les rallyes voitures parfois organisés avec le Club des Jeunes de Couchey ou les nombreuses sorties à travers la Bourgogne. J'eus le privilège, avec 3 autres copains et copines, de partager sa petite Fiat blanche 500 lors de ces virées. Et c'est à l'occasion de ces sorties que Bernard, déjà diabétique, se faisait une injection d'insuline. Impressionnant ! Mais le sourire était toujours au rendez-vous. Le petit cigare qu'il avait plaisir à fumer dispersait très vite cet inconvénient et cette routine.


Nous avions revu Bernard à l'occasion du 40è anniversaire de la M.J.C. en 2006. Il avait bien voulu raconter quelques anecdotes de ces premières années de l'association. Je l'ai revu lors d'un grand repas de quartier, aux Chenevary, sur l'esplanade en face de son domicile. Il était passé saluer les convives malgré ses difficultés de mobilité.

Bernard a incontestablement contribué à asseoir la notoriété de la M.J.C. qui allait devenir progressivement et conformément à ses souhaits les plus intimes, une véritable Maison du Citoyen. Adieu Bernard et merci pour tes engagements et ta fidélité à l'Éducation Populaire.

  • Gaby Blondaux -

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site