Vous êtes ici

"Le bonheur des uns..."

Projection du film "Le bonheur des uns..." de Daniel Cohen le mardi 6 octobre 2020 à 20h30 et le mercredi 7 octobre 2020 à 14 heures. Tarifs : 5€50 / 4€50 (adhérent).


Après la coupure brutale, en mars dernier, qui ne nous a pas permis de vous accueillir pour une fin de saison prometteuse, nous sommes heureux de pouvoir lancer la nouvelle saison ciné 2020-2021 et vous accueillir pour ce second film de la saison après "Police" d'Anne Fontaine proposé les 22 et 23 septembre !
Aidés de nos partenaires historiques, la FRMJC - circuit des Tourneurs de Côte d'Or et la Ville de Chenôve, nous espérons vous offrir une programmation riche et diversifiée, dans un contexte sécurisant.

Voici les modalités pratiques pour vous accompagner au mieux :

  • Le port du masque (à partir de 11 ans) est obligatoire pendant vos déplacements et pendant la projection du film (nous en mettons en vente le cas échéant au tarif de 50 cts pièce),
  • Pas d'échange « de main en main » en billetterie,
  • Un aménagement des sens de circulation est mis en place,
  • La jauge de la salle sera réduite. Les familles et groupes constitués peuvent être réunis dans la salle.
  • Un siège vide séparera les individus ou les groupes entre eux,
  • En raison de la jauge réduite, les réservations sont vivement conseillées. Nous ne pourrons dépasser le nombre défini. Contactez-nous au préalable au 03 80 52 18 64.

    Fiche du film :


    Comédie franco Belge
    Réalisé par Daniel Cohen
    Durée : 1h40 min
    Avec Vincent Cassel, Bérénice Bejo, Florence Foresti, François Damiens

    L'histoire :
    Léa, Marc, Karine et Francis sont deux couples d'amis de longue date. Le mari macho, la copine un peu grande-gueule, chacun occupe sa place dans le groupe. Mais, l'harmonie vole en éclat le jour où Léa, la plus discrète d'entre eux, leur apprend qu'elle écrit un roman, qui devient un best-seller. Loin de se réjouir, petites jalousies et grandes vacheries commencent à fuser. Humain, trop humain ! C'est face au succès que l'on reconnait ses vrais amis... Le bonheur des uns ferait-il donc le malheur des autres ?

    Quelques anecdotes sur le film :

    Une pièce à l'origine


    "Le Bonheur des uns..." est la quatrième réalisation de Daniel Cohen après Une Vie de prince, Les Deux mondes et Comme un chef. Avant d'être un film, cette histoire a d'abord été une pièce de théâtre qui a failli se monter à plusieurs reprises... "Un des coproducteurs de cet éventuel spectacle, David Gauquié de Cinéfrance, m'a dit "mais pourquoi tu n'en ferais pas un film ?". Et j'ai développé le scénario. Pendant un moment j'ai essayé de mener les deux projets de front mais c'est finalement le film qui s'est imposé... Et David Gauquié l'a produit", se rappelle le metteur en scène.

    Réunir 4 pointures


    Daniel Cohen est ami avec Vincent Cassel. Régulièrement, l'acteur lit ce que le cinéaste et scénariste écrit et les deux hommes ont déjà failli travailler ensemble. "Là, je lui ai fait passer le scénario en lui disant que c'était un film choral et qu'il n'y avait rien pour lui puisqu'il a plutôt l'habitude de porter ses films sur son seul nom. Mais Vincent est quelqu'un de très surprenant ! Plusieurs mois ont passé et lors d'un dîner, c'est lui qui m'a reparlé du "Bonheur des uns..." pour me dire que ça lui avait plu et qu'il voulait jouer dedans... Nous étions alors en plein casting avec déjà des listes de comédiennes et de comédiens potentiels. J'ai donc très vite appelé mon producteur qui était évidemment ravi et en une semaine, Florence et François ont eux aussi dit oui. Bérénice est arrivée un peu plus tard... Alors pour tout vous dire, il a fallu attendre un an pour que le quatuor soit libre aux mêmes dates, chacun ayant des plannings assez fous", explique Daniel Cohen.

    Une comédie mais pas que...


    "Le Bonheur des uns..." navigue entre plusieurs tons. Ainsi, le film s'apparente à une comédie ou un vaudeville mais devient de plus en plus cruel... Daniel Cohen a ainsi cherché à respecter le principe de la comédie mais en la teintant de choses plus graves, comme ce principe de la "zone d'aveuglement" dont parle le personnage de Florence Foresti. Le réalisateur raconte :

    "Durant le tournage, nous avons exploité le fait que Karine et Marc (joué par Vincent Cassel), se heurtent en fait à leurs propres limites : ils essaient de dépasser ce qu'ils sont mais ils n'y parviennent pas. Face au succès littéraire de Léa, elle comme lui voudraient ne pas avoir peur, ne pas être jaloux mais c'est trop difficile. Karine par exemple est de bonne foi quand elle dit ne pas comprendre ce qui touche tant les lecteurs du roman de son amie... C'est fascinant car ça ramène à la notion d'objectivité : que percevons-nous vraiment des autres et de ce qui peut nous arriver? Jusqu'où sommes-nous aveuglés par nos frustrations ou nos manques ?"

    Avis de la presse :


  • "Le rire fuse de cette identification à des traits de caractère finement observés, très bien servis par l'écriture et le jeu d'acteurs complices. Que du bonheur." (Culturebox - France Télévisions - Jacky Bornet)

  • "Une comédie réussie." (20Minutes - Caroline Vié)

  • "Malgré un début un peu poussif et très théâtral, la comédie de Daniel Cohen prend son envol au fur et à mesure grâce à son attachante héroïne et à ses amis grotesques. Le film vous fera rire assurément et convaincra très certainement tous les auteurs en herbe de se remettre à l'écriture... gare à la page blanche et au plagiat !" (Ecran Large - Mathias Penguilly)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site