Vous êtes ici

"Antoinette dans les Cévennes"

Projection du film "Antoinette dans les Cévennes" de Caroline Vignal le mardi 20 octobre 2020 à 20h30 (séance unique). Tarifs : 5€50 / 4€50 (adhérent).


Après la coupure brutale, en mars dernier, qui ne nous a pas permis de vous accueillir pour une fin de saison prometteuse, nous sommes heureux de pouvoir lancer la nouvelle saison ciné 2020-2021 et vous accueillir pour ce troisième film de la saison !
Aidés de nos partenaires historiques, la FRMJC - circuit des Tourneurs de Côte d'Or et la Ville de Chenôve, nous espérons vous offrir une programmation riche et diversifiée, dans un contexte sécurisant.

Voici les modalités pratiques pour vous accompagner au mieux :

  • Le port du masque (à partir de 11 ans) est obligatoire pendant vos déplacements et pendant la projection du film (nous en mettons en vente le cas échéant au tarif de 50 cts pièce),
  • Pas d'échange « de main en main » en billetterie,
  • La jauge de la salle sera réduite. Les familles et groupes constitués peuvent être réunis dans la salle.
  • Un siège vide séparera les individus ou les groupes entre eux,
  • En raison de la jauge réduite, les réservations sont vivement conseillées. Nous ne pourrons dépasser le nombre défini. Contactez-nous au préalable au 03 80 52 18 64.

    Fiche du film :


    Comédie de Caroline Vignal
    Durée : 1h35 min
    Avec Laure Calamy, Benjamin Lavernhe, Olivia Côte

    L'histoire :
    Des mois qu'Antoinette attend l'été et la promesse d'une semaine en amoureux avec son amant, Vladimir. Alors quand celui-ci annule leurs vacances pour partir marcher dans les Cévennes avec sa femme et sa fille, Antoinette ne réfléchit pas longtemps : elle part sur ses traces ! Mais à son arrivée, point de Vladimir - seulement Patrick, un âne récalcitrant qui va l'accompagner dans son singulier périple...

    Quelques anecdotes sur le film :

    Naissance du projet


    Le précédent long métrage de Caroline Vignal, "Les Autres filles", est sorti en 2000. Vingt ans ont donc passé entre ce film et Antoinette dans les Cévennes. La réalisatrice explique que ce nouveau projet est parti de son désir de filmer les Cévennes, où, en 2010, elle avait passé une semaine à marcher en famille. Elle se souvient :
    "Énorme coup de coeur pour ces paysages, pour cette région sauvage, très peu peuplée, et pour les personnes - des néo-ruraux pour la plupart - que nous y avions rencontrés. De cette brève randonnée (ma fille, qui avait alors six ans, était du voyage) avec un âne, je garde un souvenir idyllique. Je suis originaire du Midi ; petite, j'ai passé toutes mes vacances dans l'Hérault et le Gard. Je crois que j'ai retrouvé dans les Cévennes quelque chose du midi de mon enfance. On est retournés marcher l'année suivante. Cette fois-ci, l'âne qui nous accompagnait s'appelait Patrick. Ce détail cocasse, qui me faisait beaucoup rire, a semé l'idée d'une comédie qui aurait un âne pour personnage principal."

    Le personnage de l'âne


    Le plus grand défi pour Laure Calamy était de jouer face à un âne et que le spectateur considère l'animal comme un personnage. "Il fallait qu'on y croit, qu'on croit qu'il écoute Antoinette, qu'il la juge parfois, qu'il la comprend, qu'il la soutient... Il fallait qu'on ait envie de le regarder presque autant que les humains du film. Laure adore les ânes. Elle était ravie d'en avoir un comme partenaire à l'écran ! Pour le reste, tout était entre les mains de la dresseuse, Emilie Michelon, avec laquelle nous avons travaillé. C'était son premier tournage, elle vient du spectacle vivant, s'est formée chez Bartabas. Pour jouer Patrick, nous avions deux ânes, l'un très vif, très technique, qui faisait toutes les cascades ; l'autre beaucoup plus lent, plus expressif, très Actor's Studio, qui avait en charge les scènes d'émotion. Pour qu'on les confonde, on en a mis un au régime maigre, l'autre au régime gras, et ils sont passés chez le coloriste ! Je vous mets au défi de les distinguer, même la monteuse, après des mois le nez sur les rushes, n'y parvenait pas", se rappelle Caroline Vignal.

    Laure Calamy


    Dans le rôle de l'héroïne, Laure Calamy était le premier choix de Caroline Vignal. La réalisatrice l'adorait dans la série Dix pour cent, Un monde sans femmes et Ava. "Elle est incroyablement drôle - et émouvante ! Et puis elle a un truc vraiment populaire, pas si répandu chez les acteurs français, qui me touche. Il y a eu une rencontre forte entre le projet et elle pour des raisons qui lui sont personnelles. Elle s'y est complètement reconnue. J'étais très heureuse de lui offrir son premier rôle."

    Avis de la presse :

  • "Quel bonheur que cette comédie qui nous garde encore la tête dans l'été grâce à ses paysages ensoleillés et nous fait hurler de rire avec son héroïne qui ne baisse jamais les bras malgré les embûches du chemin et de la vie !" (Le Journal du Dimanche - Barbara Théate)


  • "C'est drôle et frais. Un joli propos sur la recherche de l'amour." (Ouest France - Gilles Kerdreux)

  • "Une bouffée d'air pur et de bonne humeur en compagnie de la pétillante Laure Calamy et de son insolite compagnon." (aVoir-aLire.com - Claudine Levanneur)

  • ""Antoinette dans les Cévennes" fait du bien, avec modestie et finesse, tout en mariant harmonieusement le ton personnel et l'ardeur populaire." (Bande à Part - Olivier Pélisson)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site