Vous êtes ici

LA FAMILLE MJC EN DEUIL

Si la M.J.C. de Chenôve avait été construite en style Art Roman, celui qui vient de disparaître à l'âge de 77 ans en aura constitué une des clés de voûte. Le bâtiment, dont les fondations solides ont été édifiées dès 1965 par René Soro et ses amis, ceux qu'on appelle « les pionniers », aura vu passer et s'investir de belles et généreuses personnes.
Christian Brun nous a récemment quittés à l'issue d'une sournoise et invasive maladie neuro-dégénérative.


Ce bénévole de longue date est arrivé à la M.J.C.    au printemps 1970. «       Bonjour. Un de mes collègues du Conseil Municipal m'a indiqué que je pourrais vous être utile et m'a conseillé de venir vous rencontrer       ».


Alors, tout jeune animateur bénévole, j'ai immédiatement accepté cette proposition au moment où les responsables de cette jeune association cherchaient à renforcer l'équipe d'encadrement.



Nous nous sommes immédiatement entendus avec Christian qui ne percevait plus aucun intérêt ni aucune utilité dans son mandat de Conseiller Municipal.



Dès 1971, il est élu Président du Conseil de Maison puis trésorier du Conseil d'Administration. Une tâche importante pour temporiser et gérer les rapports de force nombreux dans une association déjà bouillonnante.
Son épouse, Marie-Thé nous a rejoints pour assurer quelques heures de bénévolat en secrétariat.



Christian a participé à la création de la section Karaté encadrée par Jean-Michel Py. Lui-même revêtira le kimono et rejoindra le parquet du gymnase Herriot voisin de la M.J.C.



Puis ce fut un autre engagement au sein de la section Tennis avec des négociations mémorables et parfois rudes avec les Municipalités Bailly, Sureau et Carraz pour, au final, assurer la gestion de 3 courts et accueillir plusieurs équipes en championnat et surtout plus de 150 adhérents en tennis loisir. Cette grosse activité évoluera positivement sous la responsabilité de Philippe Singer qui deviendra ensuite Président du T.C.C.



Notre relation, Christian et moi, s'est consolidée et nous sommes devenus de fidèles amis. Lui était un être discret, jovial, militant de la première heure au service de l'Education Populaire.
Sa responsabilité de trésorier exercée jusqu'en 1991, a contribué à consolider la crédibilité de la M.J.C., à accompagner de nombreux montages financiers qui ont convaincu bien des partenaires qui nous ont fait confiance et aidés.



Lassés que nous étions à la fin de l'année 1971 de ne pas voir inscrite dans les priorités de la nouvelle municipalité Sureau la construction d'un véritable équipement dédié à la jeunesse, Christian participa avec moi et deux autres militants à une retentissante conférence de presse. Celle-ci fut couverte par quatre médias départementaux       : «       La MJC. lance un appel       : 3000 jeunes s'ennuient à Chenôve, créons une Maison pour Tous       ».

L'écho obtenu par une telle initiative a convaincu les élus locaux d'engager rapidement la construction du Foyer Communal rue de Longvic. Le bâtiment a été attribué à la M.J.C. (50%). Il l'est toujours tandis que l'autre aile héberge dorénavant la Maison de la Vie Associative après que le Conservatoire Municipal de Musique en ait été l'occupant durant de très nombreuses années.



Christian était un passionné de voile, de sports nautiques et affectionnait de partir vivre quelques mois chaque année et à la belle saison dans leur maison typique sur l'île de Noirmoutier pour y retrouver enfants, petits enfants, famille et amis.

En quittant la M.J.C. en 1991, Christian Brun a maintenu son engagement associatif en rejoignant la Communauté Emmaüs de Norges-la-Ville, souhaitant ainsi donner de son temps et apporter son savoir-faire à ceux qui en avaient davantage besoin. Là encore, il déploya ses compétences en binôme avec son ami Pierre, directeur de la structure. Ensemble ils eurent à coeur de transformer complètement cette entité       : création de logements décents et de lieux de vie pour chaque compagnon, construction de nouvelles installations, de hangars, renouvellement de la flotte automobile, etc. Aujourd'hui, cette Communauté incarne un beau projet social et solidaire.



Malheureusement pour Christian, la maladie s'est insinuée doucement, progressivement en l'éloignant petit à petit de tous ses centres d'intérêts avec une perte d'autonomie qui, au final, a conduit à son placement, ces dernières années, dans un établissement spécialisé.

Nous étions quelques-uns, avec sa proche famille, à le voir s'éloigner dans son monde intérieur jusqu'à ne plus pouvoir communiquer avec ceux qu'il a aimés et avec lesquels il a partagé tant de choses.



J'ai eu le privilège de le saluer une dernière fois lors de ses obsèques en évoquant tout ce que la M.J.C. lui devait. La crise sanitaire actuelle n'a pas permis à tous ses amis, à tous les anciens responsables de la M.J.C. qui ont travaillé avec lui, de rendre un dernier hommage à ce militant passionné, animé par tant de générosité, d'abnégation, de gentillesse et d'empathie.




Tous, nous exprimons à son épouse Marie-Thé, à ses enfants Stéphane et Catherine, à ses petits enfants, notre profonde gratitude et notre fidèle amitié. Nous restons persuadés qu'ils ont eu autant de bonheur à partager avec cette belle personne que nous en avons eu à cheminer avec lui au sein de notre M.J.C.

Gaby Blondaux, ancien directeur

Dans la même rubrique

Rechercher sur le site