Vous êtes ici

"Debout les femmes !"

La MJC accueille une initiative de la Ville de Chenôve (via son Service Jeunesse) qui verra la projection du film "Debout les femmes !" de François Ruffin , Gilles Perret le vendredi 1er avril à 20 heures. Entrée gratuite. Réservations conseillées au 03.80.52.18.64. Port du masque préconisé.


Fiche du film :
Documentaire de François Ruffin et Gilles Perret
Durée : 1h25 min.

Le sujet :
" Mais qui m'a mis cette tête de con ?" Ce n'est pas le grand amour entre le député En Marche ! Bruno Bonnell et l'insoumis François Ruffin. Et pourtant... C'est parti pour le premier "road-movie parlementaire" à la rencontre des femmes qui s'occupent de nos enfants, nos malades, nos personnes âgées. Ensemble, avec ces invisibles du soin et du lien, ils vont traverser confinement et couvre-feu, partager rires et larmes, colère et espoir. Ensemble, ils vont se bagarrer, des plateaux télés à la tribune de l'Hémicycle, pour que ces travailleuses soient enfin reconnues, dans leur statut, dans leurs revenus. Et s'il le faut, ils réinventeront l'Assemblée...

Quelques anecdotes sur le film :

Naissance du projet


Après "J'veux du soleil" (2019), François Ruffin et Gilles Perret refont équipe sur un nouveau documentaire, "Debout les femmes !". Le premier se souvient : "Depuis trois ans, je me demande comment filmer l'Assemblée, Gilles voulait me filmer en député déjà avant J'veux du soleil ! mais je renâclais. D'un côté, c'est un décor fascinant, avec ses dorures, son protocole, ses gardes républicains, etc. Mais au fond, il ne s'y passe rien, rien derrière le décorum. Ce n'est pas un lieu de pouvoir, juste d'illusion du pouvoir. Alors, comme propos pour un film, montrer le vide, la vacuité, ça n'est guère palpitant..."
"Quand j'ai arraché cette mission parlementaire sur les « métiers du lien », je me suis dit : c'est le moment. Parce que, cette mission, je ne la voyais pas comme un truc statique, enfermée dans un bureau, mais en mouvement, au grand air, à la rencontre des gens, des femmes... On aurait là le premier « road-movie parlementaire » ! Surtout, leurs métiers, à ces femmes, touchent aux corps, qu'elles soignent, qu'elles lavent, qu'elles portent. Et elles mettent du coeur à l'ouvrage. Bref, l'esthétique de l'institution, figée, avec son langage creux, convenu, allait être contrebalancée par cette chair, par ces émotions."


Des femmes extraordinaires


Tout l'enjeu du documentaire a été de rendre à ces femmes leur côté extraordinaire alors que ce sont des personnes que l'on regarde comme étant des gens ordinaires (et qui se diraient sans doute elles-mêmes "sans histoire"). "Tout homme, toute femme, est pour moi un mystère : qu'est-ce qui les tient ? Il faut réussir à les faire accoucher de ça, le donner à voir, à sentir", explique François Ruffin.
Gilles Perret poursuit : "Un mouvement du film, c'est leur accession à la parole. Au début, François la porte pour elles dans l'hémicycle, sans qu'on ne les voie, sans qu'on ne les entende. Lors de notre première rencontre, certaines cachent même leur visage. Mais au fil des séquences, elles s'imposent au premier plan, jusqu'à faire résonner leurs mots, leurs colères, leurs espoirs, dans l'Assemblée."

Les métiers du lien en bref
Ils sont occupés à plus de 90 % par des femmes. Elles sont le plus souvent précaires, à temps partiel et touchent moins du SMIC à la fin du mois malgré des horaires importants.

LE SECTEUR DE L'AIDE À DOMICILE


Il devrait y avoir, en 2022, 702 000 personnes dans les métiers d'aide à domicile. (France stratégie).
Précarité : 17,5 % de ménages pauvres parmi les intervenants à domicile contre 6,5 % en moyenne pour l'ensemble des salariés. Les aides à domicile touchent en moyenne 682 euros par mois (rapport Ehrel). Les salaires des AVS présentes dans le film étaient en moyenne de 800 euros.
Trajets : souvent peu comptés, une AVS peut se retrouver à temps partiel alors qu'en réalité elle consacre plus de 50 heures au travail par semaine, compte tenu des déplacements entre chaque domicile. Sinistralité : le secteur dénombre plus d'accidents du travail que dans le BTP.

LES AESH - Accompagnants des Élèves en Situation de Handicap
71 000 environ en 2019.
Précarité : 750 euros par mois en moyenne. 96 % disent ne pas pouvoir vivre dignement. Les temps de préparation ne sont pas comptés. Ils représentent 30 % du temps de travail total.
Temps partiel : 60 % sont à temps partiel.

LES AGENTS D'ENTRETIEN
1,9 million de salariés dans le nettoyage 80 % de femmes.
764 euros par mois en moyenne (rapport Ehrel)

Avis de la presse :

  • "Un beau film touchant, incarné, féministe et souvent drôle." (L'Humanité - Michaël Mélinard)


  • "Sans militantisme idéologique ni discours sociologique ou technocrate, évitant ainsi les sigles qui cloisonnent et rendent invisibles les métiers du lien, essentiels mais déconsidérés, Debout les femmes ! aborde la question sociale avec sincérité et humanisme." (Les Fiches du Cinéma - Michel Berjon)

  • "Ruffin évite d'en faire des caisses, il laisse la parole à ses interlocutrices, donne toute la place à leur travail, troque le pathos contre des chansons de Bourvil, mais ne se prive pas d'un coup de gueule salutaire face à l'hypocrisie des mécanismes du débat parlementaire." (Positif - Dominique Martinez)

  • "Un film engagé, politique, humain." (La Voix du Nord - Catherine Painset)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site