Vous êtes ici

"Les démons d'argile"

Projection du film "Les démons d'argile" de Nuno Beato le vendredi 28 octobre 2022 (séance unique) à 14 heures. Tarifs : 1€ seulement par personne (tarif spécial dans le cadre de l'opération "Générations Ciné").

Cette projection est inscrite à l'action "Générations Ciné". Durant une semaine, du 24 au 28 octobre 2022, une vingtaine de cheneveliers (enfants, familles et seniors) participe à une démarche de création artistique autour de l'image et du son. Encadrés par deux étudiants de l'ESM de Bourgogne/Franche-Comté, leur démarche sera présentée en première partie du film.
Une tarification spéciale de 1€ est mise en place de manière exceptionnelle.

Fiche du film :


Film d'animation portugais
Réalisé par Nuno Beato
Avec les voix française de Pierre Richard, Cédric Carlier, Aloïse Sauvage
Durée : 1h25 min
Pour toute la famille, à partir de 8 ans

L'histoire :
Rosa est une femme d'affaires accomplie. La mort soudaine de son grand-père qui l'a élevée la ramène dans la maison où elle a grandi. Grâce à une série de lettres et d'indices, elle découvre que son grand- père lui a légué une importante tâche à accomplir. Tandis qu'elle corrige les erreurs passées de celui-ci, elle parvient à s'apaiser.

Quelques anecdotes sur le film :

Les « Caretos »


L'inspiration des figurines d'argile modelées par le grand-père vient de figurines symboliques traditionnelles portugaises et principalement de celles de l'artisane Rosa Ramalho. Les « Caretos » sont des personnages incarnés, lors de festivités, par des villageois de la région de Trás-os-Montes et du Haut-Douro, dans le nord du Portugal. Ils sont issus d'une tradition d'origine celte liée au solstice d'hiver. Le paysage représenté dans le film est fortement inspiré des paysages de Trás-os-Montes et principalement du parc naturel du Montesinho, situé à la frontière de la Galice (Espagne).

Choc des cultures
Les Démons d'argile est un long métrage d'animation dont la narration est centrée sur Rosa, une jeune citadine carriériste qui pense trouver dans la réussite économique l'épanouissement. À travers ce film, Nuno Beato cherchait à montrer comment ce mode de vie indépendant, valorisé par la société, peut mener à l'isolement et nous consumer. En retournant au village de son grand-père, Rosa va redécouvrir des valeurs comme l'entraide et le partage, sur lesquelles repose la communauté.


Le long-métrage oppose également la temporalité de la ville, qui nous pousse sans cesse à réagir, à celle de la campagne, propice à la contemplation. Ce choc est renforcé par le décalage des techniques graphiques et d'animation entre ces deux mondes. Ainsi, pour la ville, l'équipe a opté pour une animation numérique, avec des couleurs unies peu texturées et des tons froids, là où la campagne est représentée avec une animation en stop motion et des couleurs chaudes.

Avis de la presse :


  • "Posant progressivement l'entraide et la relation à l'autre comme quelque chose d'essentiel, ce film d'animation propose une histoire universelle de réconciliation avec les siens comme avec soi-même, alliant légendes locales, éléments magiques ou cauchemardesques, et querelles de village, le tout dans un écrin esthétique réussi." (Abus de Ciné - Olivier Bachelard)

  • Dans la même rubrique

    Rechercher sur le site