Vous êtes ici

Théâtre : "Allah n'est pas obligé"

A l'initiative du "Mouvement de la Paix", la MJC de Chenôve accueille le spectacle "Allah n'est pas obligé" (d'après le livre de Ahmadou Kourouma) le lundi 8 novembre 2004 à 18h45.


C'est l'Afrique qui déboule sur la scène dijonnaise. L'Afrique des rêves et des enfants avec ses conteurs, ses musiques, ses danses et sa chaleur. Mais aussi l'Afrique des réalités, celle de la misère, de la solitude et de la guerre.
Pour cette pièce adaptée du roman d'Ahmadou Kourouma, Patrick Schmitt fait revivre l'Afrique hélas trop quotidienne pour des milliers d'enfants, une Afrique traversée de conflits multiples où les enfants sont loin d'être épargnés.

Spectacle programmé par l'association "Mouvement de la Paix" avec le soutien de la MJC de Chenôve.
Ce spectacle sera suivi d'un échange sur le thème des enfants-soldats.

Avis de la presse :

"Les comédiens de la troupe Bou-Saana ont une pièce poignante, intitulée "Allah n'est pas obligé". Ils ont su aborder avec un professionnalisme déroutant le texte de Ahmadou Kourouma, l'un des grands écrivains africains contemporains, qui s'est attaqué à un thème à la fois cynique et bien réaliste : les enfants soldats...
Mise en scène par Patrick Schmitt, cette adaptation du roman de Kourouma (Prix Renaudot 2000) sombrait dans une atmosphère gênante et violente. Les cinq comédiens ont su refléter à la perfection cet univers perfide, où s'entremêlait dérision et gravité."
Marie Bulteau, Le Républicain - nov. 2003

"Le texte est fidèle à l'esprit du roman et parle vraiment à tous ceux qui ne l'ont pas lu. Les cinq acteurs savent faire rire et émouvoir sans fausse note... Les musiques, bien choisies, et les danses permettent aux spectateurs de garder entière leur attention pour le récit de l'enfant-soldat. La conclusion en voix off enracine la pièce dans la triste réalité des enfants-soldats en Afrique et dans le monde. Le public a été vraiment conquis... Voilà une pièce qui sait sensibiliser avec le ton juste et qui donne envie de lire ou de relire le roman de Ahmadou Kourouma."
Jean-Dominique Pénel, Observer Plus (Gambie) - Avril 2003

Dans la même rubrique

Rechercher sur le site