Vous êtes ici

"99 F"

Projection du film "99 F" réalisé par Jan Kounen le mardi 20 novembre à 20h30 et le mercredi 21 novembre 2007 à 14h30. Tarifs : 5 € (adhérents) / 4 €


Fiche du film :
Film français. Genre : Comédie
Avec Jean Dujardin, Jocelyn Quivrin, Patrick Mille
Réalisé par Jan Kounen
Durée : 1h 40min.

L'histoire :
Octave est le maître du monde : il exerce la profession de rédacteur publicitaire. Il décide aujourd'hui ce que vous allez vouloir demain. Pour lui, "l'homme est un produit comme les autres". Octave travaille pour la plus grosse agence de pub du monde : Ross & Witchcraft, surnommée "La Ross". Il est couvert d'argent, de filles et de cocaïne. Pourtant, il doute.


Deux événements vont bouleverser le cours de la vie d'Octave. Son histoire d'amour avec Sophie, la plus belle employée de l'agence, et une réunion chez Madone pour vendre
un film de pub à ce géant du produit laitier. Le doué Octave déjante alors et décide de se rebeller contre le système qui l'a créé, en sabotant sa plus grande campagne.
De Paris, où négocient les patrons d'agences, à Miami, où l'on tourne un spot sous antidépresseurs, de Saint-Germain-des-Prés à une île perdue d'Amérique Centrale, Octave parviendra-t-il à échapper à sa prison dorée ?

Quelques anecdotes sur le film :
L'adaptation d'un best-seller
99 F est l'adaptation du best-seller homonyme de Frédéric Beigbeder sorti en 2000 aux Editions Grasset et vendu à plus de 500 000 exemplaires. Si ce portrait sous acide du monde de la pub, inspiré de la propre expérience de l'auteur, est ensuite ressorti sous les titres de 14,99 euros puis de 6,20 euros, les producteurs du film ont préféré garder le titre original pour son adaptation cinématographique.

Dujardin est Octave


Pour 99 F, c'est le très populaire acteur Jean Dujardin qui se glisse dans la peau du publicitaire Octave Parango. Lorsque le projet d'adaptation du roman 99 francs était entre les mains d'Antoine de Caunes, en 2003, c'est Edouard Baer qui était en lice pour incarner ce personnage pas comme les autres.

Dujardin : vous aller adorer le détester !
Pour Jan Kounen, Jean Dujardin représente le Octave Parango idéal dans le sens où il est capable de jouer un personnage que l'on adore détester. Le cinéaste précise : "Quand j'ai commencé à travailler sur le film, Alain Goldman m'a dit que j'étais libre par rapport au casting. Et dès que j'ai lu le scénario, j'ai pensé à Jean Dujardin. Pourquoi ? Je l'avais vu dans Brice de Nice et je trouvais qu'il avait une capacité extraordinaire à faire aimer un imbécile arrogant. Or il se trouve que dans 99 F, j'avais besoin de faire aimer un intelligent sensible arrogant, et ce après l'avoir d'abord rendu détestable ! Comme le dit Octave : "J'espère que vous me détesterez pour mieux détester l'époque qui m'a créé.""

Jan Kounen, de "Blueberry" à "99 F"
C'est lors du tournage de Blueberry que le cinéaste Jan Kounen a entendu parler pour la première fois du projet 99 F. Il explique : "Je voyais abstraitement l'objet : un film enlevé et corrosif sur le monde de la pub. (...) C'est la lecture du bouquin qui m'a donné le désir de faire le film. Un film sur notre monde, sur la société de consommation. La partie artistique du film m'intéressait, car elle m'offrait l'opportunité d'expérimenter, d'être pleinement créatif par rapport à la matière. On me proposait en tant que cinéaste de faire quelque chose que je n'aurais pas fait de moi-même : aller dans un univers mental ? alors que j'étais dans un univers contemplatif ? et de changer de mode de fonctionnement."

Avis de la presse :


"Adaptation percutante du roman cynique et vachard de Beigbeder. Incontestablement l'un des musts de cette rentrée." aVoir-aLire.com - Frédéric Mignard

"Le résultat est une excellente surprise, bourrée d'idées du début à la fin, trash mais pas trop, déjantée mais pas trop, et cinématographiquement riche en tentatives de tous ordres." Le Parisien - PIerre Vavasseur

"La caméra inventive de Jan Kounen fait honneur à la plume de Beigbeder, la trahissant en partie, mais pour lui faire un bel enfant. Jean Dujardin (...) continue à s'amuser et pousse un peu plus loin encore son talent caméléon, épaulé par un Jocelyn Quivrin qui éclate enfin ici." Le Journal du Dimanche - Carlos Gomez

Dans la même rubrique

Rechercher sur le site