Vous êtes ici

Festival des Nuits d'Orient - édition 2008

La Maison des Jeunes et de la Culture a le plaisir d'être associée à la 9ème édition du festival des Nuits d'Orient. La MJC de Chenôve a ouvert ses portes, pour la première fois, à ce festival singulier en 2003. La qualité et l'originalité d'une démarche artistique, la proximité avec la population locale ont toujours conditionné les choix artistiques et les partenariats. Cette nouvelle édition verra ainsi la naissance d'un partenariat fort avec l'Association France Palestine Solidarité.


Le festival se déclinera à la MJC au travers de 3 manifestations importantes :

· Concert « Adel Salameh Trio »
Trio oud, chant, percussions (riq) / musique arabo-andalouse
Samedi 29 novembre 2008 à 20h30


Ce concert est une co-production MJC de Chenôve et l'Association France Palestine Solidarité qui inaugurent ici un nouveau partenariat.
Nous avons été séduits par la formation « Adel Salameh Trio » qui, outre la qualité artistique indéniable et la renommée internationale de chacun de ses membres, est une fantastique passerelle entre les peuples puisque les interprètes sont d'origine palestinienne, algérienne et égyptienne.

Une belle coalition panarabe entoure Adel Salameh, joueur de oud et compositeur palestinien basé à Lyon et sa compagne la chanteuse algérienne Naziha Azzouz. Pour délivrer ce message (Rissala – leur dernier album) musical et pacifiste, le couple s'est adjoint les services du percussionniste égyptien Adel Shams el Din. Entre compositions originales et hommage au réformateur égyptien de la musique arabe moderne, Mohammed Abdel Wahab, leurs passions virtuoses se conjuguent en échange fructueux. Artisans chevronnés, Naziha Azzouz & Adel Salameh poursuivent une carrière de qualité constante qui inspire le respect.
Benjamin MINIMUM – Mondomix

Pour ce concert exceptionnel, la MJC sera aménagée avec une décoration féerique, orientale et festive !
Des jeunes de la MJC proposeront un défilé de tenues orientales typiques.
Des pâtisseries et le thé à la menthe seront également offerts au public.


Tarifs : 6 € / 4 € (adhèrents MJC et Asso France Palestine Solidarité, carte ANPE, - 18 ans, étudiants), gratuité pour les - 10 ans
(réservations conseillées auprès de la MJC : 03.80.52.18.64)

· Exposition « Jérusalem dépouillée »
Du 29 novembre au 13 décembre 2008


A travers des clichés explicites et marquants, l'exposition « Jérusalem dépouillée » vise à sensibiliser la population mondiale aux difficultés rencontrées par le peuple palestinien. Dans sa vie quotidienne, l'éducation, l'habitat, les loisirs, le peuple palestinien est souvent soumis à injustice et discriminations. Si Jérusalem doit demeurer le symbole de paix et de tolérance, elle ne peut être un ghetto pour quiconque. Cette exposition a été conçue par ActiveStills, un collectif indépendant de photographes qui croient en la puissance de la photographie pour créer le changement à travers la prise de conscience et ICAHD : le Comité israélien Contre le Projet de Démolitions de Maison.

Entrée gratuite. Exposition visible à la MJC du lundi au samedi de 14h à 19h

· Projection cinématographique spéciale :
« Tenja » d'Hassan Legzouli
Vendredi 5 décembre 2008 à 20 heures

Film français réalisé en 2005
Avec Roschdy Zem, Aure Attika, Mohamed El Madj
Genre : comédie dramatique ; durée : 1 h 20 min.


L'histoire : Nordine, fils d'un mineur Marocain, a grandi dans le nord de la France. Afin de respecter les dernières volontés de son père qui souhaite reposer dans son village natal du Haut Atlas, Nordine va l'accompagner pour son dernier voyage et entre prendre un long périple sur le chemin de ses racines, jusqu'au pays qu'il va enfin découvrir. Sur la route, des souvenirs resurgissent. Ses rencontres avec Mimoun, un Tangérois un peu illuminé, et Nora, une femme en quête de nouveaux possibles, vont lui faire découvrir la personnalité de ce père dont il ignore presque tout et la réalité palpable d'un pays qu'il ne connaissait qu'au travers des rares récits familiaux...

« Roschdy Zem et Aura Atika, remarquablement dirigés, sont époustouflants de vérité. Rarement regard sur le Maroc aura été aussi juste. » (Zurban - Yasmine Youssi)

« Premier long-métrage qui, avec beaucoup de douceur, évoque la déchirure, presque charnelle, de vivre le coeur entre deux pays aux traditions éloignées. » (TéléCinéObs - Emmanuel Luc)

Dans la même rubrique

Rechercher sur le site