Vous êtes ici

Prendre de la hauteur

RDV à la MJC pour une expérience surprenante et innovante
proposée par l'artiste Rachel Henriot.
3 jours d'Art numérique du 3 au 5 Février 2010.


Actuellement, alors qu'elle est en transit entre quatre points cardinaux (Paris, Miami, Bruxelles, etc.), Rachel Henriot répond à l'invitation de la MJC de Chenôve «Prendre de la hauteur» avec une création numérique. Renouant avec son projet Défi jeunes en 1997 réalisé à Chenôve et primé au niveau national, l'artiste propose une oeuvre interactive, vidéo et sonore conçue à partir d'échange, de témoignage et de collecte de mots recueillis auprès d'adolescents de la commune. La classe de 6ème SEGPA du Collège Le Chapitre encadrée par leur professeur Philippe Salesse et des jeunes de la MJC ont apporté leurs expériences singulières à cette quête ascensionnelle.
Rachel Henriot situe sa création sur le mur qui nous fait face quand on prend les escaliers à l'intérieur de la MJC. Une surface inutilisée de plus de 3 mètres sur 5. «Un lieu qui s'offre comme une évidence, nous dit-elle, pour recevoir l'expression collective de sentiments, d'identités, d'idées et de sensibilités». L'artiste rajoute « le choix du lieu n'est pas anodin. Situer se projet sur la totalité de ce mur, c'est inviter le spectateur à monter, prendre de la hauteur et expérimenter différents niveaux de lecture de l'oeuvre. Encore en bas, le spectateur n'aperçoit qu'une partie de l'image projetée et devine des sons. L'escalier le conduit au premier palier. Le visiteur est alors immergé dans un flot de mots et de couleur qui changent sans cesse. Il n'a pas le recul nécessaire pour bien réceptionner l'image. Elle est alors à expérimenter. Le spectateur s'élève au dernier palier. Cette fois, il peut voir l'espace de projection dans toute sa dimension et interagir avec le processus.»


Les environnements sonores et visuels activés par le visiteur lui-même visent à sensibiliser le public au désir d'aller plus haut d'une trentaine de jeunes face à la complexité de la vie (le désir, la connaissance, le partage, l'amour, le doute, la peur, la maladie, etc.).
La proposition est aussi en écho à la pièce qui si joue «L'Iliade» mis en scène par Claude Brozzoni. Si Homère parle de la guerre et de la condition humaine, l'artiste propose : «une exposition réflexion, une guerre des mots à travers un dispositif visuel et sonore interactifs. Les mots qui appartiennent au désir d'aller plus haut et les mots qui évoquent les contradictions et les obstacles à ce mouvement. Une oeuvre conçue à partir d'algorithme, de variable, codage et encodage. Le processus fait naître tant la destruction, la prolifération, la volatilité que l'exaltation de la vie, du flux et du reflux à l'image de notre contemporanéité.»


Le langage gagne une nouvelle consistance plastique à travers une mise en scène toute en lumière, une graphie variée et une temporalité aléatoire. Les sensations visuelles et sonores sont unifiées, mots et sons se répondent et se mêlent à l'infini. Face à l'amalgame, l'accumulation et l'aléatoire des mots projetés, le mur murmure, susurre, chuchote, comme une protestation sourde.
Des mots au millième de seconde bombardent le mur comme des flashes de conscience. L'oeuvre n'en finit pas de renaître. Une succession de témoignages à voir, écouter, sentir et expérimenter. Le prolongement d'un langage collectif, transmué en oeuvre numérique par le regard, la sensibilité individuelle et unique de cette artiste internationale proposé à notre méditation.

Rendez-vous du 3 au 5 février 2010 à la MJC de Chenôve,
pour découvrir cette création numérique à la frontière de l'art, de la science et de la philosophie associée au Festival International Jeune Public «A Pas Contés» de l'ABC.

Visite tout public à partir de 10H jusqu'à 20H30. Entrée libre

Dans la même rubrique

Rechercher sur le site