Vous êtes ici

Un pionnier de la M.J.C. disparaît

Bernard Vouaux, un des membres fondateurs de la M.J.C. en 1965 vient de tirer sa révérence.


Avec le décès récent de Bernard Vouaux, disparaît un des pionniers de la M.J.C. de Chenôve. Dès 1965, alors qu'il exerçait des fonctions de chef éducateur spécialisé au Centre d'Observation (ex Maison de Correction) de la rue Charles Poisot, Bernard Vouaux a très vite rejoint le groupe de bénévoles et militants désireux de construire un lieu de vie pour la jeunesse de Chenôve. Avec le premier Président Jean Develay, directeur du Mas d'Azil (ex Les Chenevières), Ernest Drouin, René Soro, Anne-Marie Rubellin, Jacques Pérignon, Arthur Fleurot, Bernard Saconney pour les principaux, Bernard Vouaux s'est très vite engagé pour assurer le lancement de la M.J.C. à partir d'un premier conseil d'administration réuni le 7 janvier 1966.
Ses responsabilités éducatives et son engagement avéré pour l'éducation surveillée lui auront permis de tisser des liens et construire des passerelles entre l'action sociale et l'éducation populaire.
Les jeunes membres du Conseil de Maison dans lequel on retrouvait René Soro, Christian Nadal, Joel Dhorne, Marie-Cécile Pérignon entre autres ont eu également l'occasion de rencontrer et de travailler avec Bernard Vouaux qui siégeait également au sein du Comité des Fête de Chenôve, initiateur des premiers Corsos à partir de l'année 1968.


Les chars de la M.J.C. y côtoyaient ceux des Amis de la Danse, du Mas d'Azil, de la Musique Municipale, des Pompiers, de l'Académie d'Accordéon, du Centre Social, etc.
Avec toujours ces encouragements de Bernard Vouaux en direction des jeunes afin qu'ils s'investissent dans la vie locale, dans l'animation de la commune.
C'est en février 1969 qu'une jeune adhérente fit son entrée au conseil d'administration, en la personne de Colette Drony. Elle prit immédiatement la responsabilité du secrétariat. Plus tard, elle deviendra Colette Vouaux, l'épouse de notre ami Bernard.


Très actif au sein du Conseil d'Administration de la M.J.C jusqu'en 1973 où il y assurait la fonction de Commissaire aux comptes, Bernard Vouaux n'a eu de cesse de faciliter les relations entre le monde associatif local et la Municipalité Bailly avec laquelle s'est construite progressivement cette M.J.C.
Entrepreneur, meneur d'hommes, élément jovial et attachant, l'ami Bernard a incontestablement contribué à la consolidation de la maison de la rue Herriot autour du Président Fleurot.
Nous garderons de lui cette image d'homme intègre, militant, convaincu de la place des jeunes dans la construction de projets les concernant, souhaitant toujours les placer au coeur des responsabilités.


Avec sa disparition, la M.J.C. perd un compagnon, un ami des premiers jours, un solide pilier de la période historique où les besoins étaient immenses dans une ville en pleine évolution.
A son épouse, Colette, fidèle bénévole investie de longues années dans l'administration et l'animation de la M.J.C., à ses deux enfants, Brigitte et Daniel, tous les membres actifs, bénévoles, militants et salariés de la M.J.C. adressent leurs plus sincères condoléances.
Qu'ils sachent que Bernard restera toujours présent parmi les personnalités qui ont contribué à asseoir les valeurs qui animent l'idéal de notre M.J.C. et que nous essayons de faire perdurer : l'amitié, la confiance dans les jeunes, l'apprentissage des responsabilités, le respect dans la différence et l'engagement pour le bien collectif.
A Bernard et à Colette, nous leur devons beaucoup.



Février 1986 : on fête le 20ème anniversaire de la MJC. De gauche à droite : Bernard Vouaux, Colette Drony, René Soro, Henri Sureau (ancien maire), Ernest Drouin (ancien trésorier), Arthur Fleurot (ancien président), Anne-Marie Rubellin (ancienne directrice des centres sociaux), René Schmitt (président à l'époque), Roland Carraz (maire à l'époque), Roland Ponsaa (adjoint à la culture), Guy Descieux (1er adjoint), Jean Develay (président fondateur).

Dans la même rubrique

Rechercher sur le site