Vous êtes ici

Hommage à Alain Lucas.

Avec Alain Lucas disparaît un homme de convictions. Fidèle compagnon de route de notre M.J.C., Alain Lucas s'en est allé après une nouvelle épreuve qui l'a laissé vaincu. Retour sur son parcours à la MJC.


L'Education Populaire perd un membre de sa famille, un militant et un ardent défenseur de la liberté d'association. Très tôt investi dans le mouvement M.J.C., comme bénévole il participa à la création de la MJC de Verrières-le-Buisson en 1964, et comme permanent, il dirigea l'UD des MJC de l'Essonne en 1971-72, Alain Lucas s'est professionnalisé pour devenir Conseiller Technique et Pédagogique au Ministère de la Jeunesse et des Sports. Très engagé dans la vie syndicale et associative, Alain a toujours souhaité accompagner les projets associatifs impliquant des jeunes dans la conception et la prise de décision. C'est ainsi qu'il rejoignit le Conseil d'Administration de notre M.J.C. lors de l'Assemblée Générale du 18 octobre 1991. Il intégra le Bureau du C.A. l'année suivante. Il aura, entre autres responsabilités, celle de participer à la commission en charge de rafraîchir les Statuts de l'association et d'écrire le règlement intérieur de la structure.


Passionné de moto bien qu'étant privé de pratique depuis son très grave accident survenu en 1977, Alain s'est investi avec Arnaud Martin dans le projet d'atelier motos engagé par l'association en mars 1994. C'est ainsi qu'il participa activement à l'encadrement d'un camp moto itinérant en Côte d'Or, prodiguant aux huit jeunes Bonbis accueillis, conseils en conduite, en mécanique et surtout en sécurité routière.


Parmi les nombreux dossiers traités par le conseil d'administration de l'époque, Alain Lucas a pris la responsabilité d'animer des formations en direction des bénévoles élus ou responsables d'activités autour du thème « Les valeurs de la République aujourd'hui ». De même qu'il prit une part active aux débats concernant l'investissement de la M.J.C. dans le Conseil Communal de Prévention de la Délinquance et la création du Conseil d'Initiative des Jeunes (le C.I.J.).


Il quittera ses fonctions d'administrateur en 1998, après six années d'investissement bénévole et militant au sein de la M.J.C.
Pour autant, il ne déserta pas la structure puisqu'il fut chargé, par la Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse et des Sports (son administration) de représenter l'institution au Conseil d'Administration de la M.J.C. De même qu'il participa à beaucoup de manifestations publiques importantes, comme ce fut le cas récemment lors de l'ouverture du festival des Nuits d'Orient, autour du spectacle de Souad Belhaddad « Beaucoup de choses à vous djire. »


Tous les administrateurs qui ont connu Alain se souviendront de lui comme d'un personnage attachant, convaincu, toujours soucieux de garder sa liberté de pensée et d'action fortement inspirée et structurée par la défense de principes démocratiques. Résister était en quelque sorte son maître mot : à la vanité du pouvoir, à la résignation en général, à la maladie, à l'illusion d'une démocratie vivante qui restait, pour lui aussi, inachevée.
Fidèle en amitié, Alain laissera un grand vide, déjà parmi les siens, mais aussi parmi ses nombreux amis, compagnons de route associatifs ou militants attachés, comme lui, à donner un sens à toute forme d'engagement.


La M.J.C./Maison du Citoyen de Chenôve qu'il a accompagnée durant de nombreuses années n'oubliera pas cette personnalité attachante animée par la recherche d'une certaine utopie sociale et politique.


A son épouse, Christiane, à ses deux filles, Cécile et Claire, nous leur disons déjà notre peine, mais aussi la chance d'avoir croisé la route de cet humaniste que fut Alain Lucas.

Dans la même rubrique

Rechercher sur le site