Une première sur le Grand Dijon, rencontre inter-régionales des EPN

Mercredi 30 octobre 2013

http://mjc.chenove.net/lire-1300.html

Le réseau des Espaces Publics Numériques (EPN) du Grand Dijon piloté par la MJC de Chenôve, organisait une journée de travail inter-régionale vendredi dernier afin d'échanger et d'envisager des perspectives d'avenir.

Sur le Grand Dijon les EPN travaillent déjà en réseau depuis 2004, sous l'impulsion d'Emmanuel Putigny, qui a en charge cette animation de réseau. Cela permet d'organiser des événements fédérateurs pour les publics, de proposer des conférences pédagogiques d'initiation à facebook, ou aux conduites à tenir sur internet par exemple. C'est aussi une occasion pour se former et enrichir ses pratiques entre animateurs pour être plus efficace.

Dans cette optique, le réseau du Grand Dijon travaille en étroite collaboration avec le réseau Rhônes-Alpes.
Pour la première fois, une journée a été organisée à Dijon pour permettre une meilleure connaissance de chacun. Y participaient : Guy Pastre, coordonnateur du réseau Rhônes-Alpes, Garlann Nizon coordinatrice du réseau Drôme-Ardèche, Julie Bassant coordinatrice du pays de Montbéliard, Georges Strutynski coordonnateur du réseau SATI21, Brigitte Gainon animatrice EPN à la médiathèque de Longvic, Azzedine Messaï animateur du point d'information jeunesse de Chenôve, Elise Roustaing et Karine Chatel animatrices du réseau PANDA de Dijon, et Emmanuel Putigny coordonnateur du réseau du Grand Dijon qui pilotait cette journée.

C'est Joël Mekhantar, élu au Grand Dijon en charge du numérique, qui accueillait le groupe à la mairie de Dijon. Il a participé à la journée et a présenté le réseau EPN du Grand Dijon et ses caractéristiques, ainsi que sa déclinaison sur la ville de Dijon, au travers des PANDA (Point d'Accès Numérique de Dijon et de son Agglomération). Chacun a présenté son fonctionnement, ses points forts, ses difficultés, ses expériences. La région Rhônes-Alpes étant novatrice en la matière puisque le réseau CORAIA draine environ 400 espaces numériques. Les discussions ont beaucoup tourné autour des usages du numérique pour le grand public. En effet on serait tenté de croire que tout le monde est autonome avec le multimédia aujourd'hui, or il n'en est rien, et c'est là que les EPN interviennent pour réduire la fracture numérique toujours présente, puisque les outils ont évolué. Les personnes viennent aujourd'hui dans les EPN avec des tablettes, des smartphones, appareils photos numériques, etc. Il est donc indispensable de concevoir l'animation numérique d'un territoire autour des usages et donc des EPN.
Une situation préoccupante est en train de se dérouler sur le pays de Montbéliard où le réseau des EPN dans sa mission d'éducation aux nouvelles technologies va disparaître à la fin de la saison. Ce réseau était pourtant connu dans toute la France pour sa qualité et notamment pour ses nombreuses fiches pédagogiques mises en ligne. Cette journée a donc permis de mettre en lumière les besoins pourtant grandissant en terme d'apprentissages numériques pour le public et la nécessité de le faire comprendre aux pouvoir publics.

L'EPN doit être un acteur à part entière du territoire, il doit être reconnu de tous comme le lieu incontournable de formation au numérique, mais pour cela l'animateur doit être formé, doit y consacrer au moins un mi-temps. Par expérience, ceux qui fonctionnent de façon optimale ont un animateur à temps plein, permettant une vraie politique de développement de leur espace. Il est ressorti de cette journée que le numérique ne peut uniquement se résumer à installer de la fibre optique, l'infrastructure matériel est liée à l'apprentissage des usages qui peuvent en être fait. Usages, avec lesquels les publics sont encore loin d'être familiarisés.
Après un repas à la MJC durant lequel se sont continués les échanges sur le travail de chacun, l'après-midi permis la poursuite des réflexions de fond. Une première journée riche en retours d'expériences, qui en appellera d'autres pour enrichir encore la pertinence des EPN en France.