"Notre-dame brûle"

Mardi 17 mai 2022

http://mjc.chenove.net/lire-2290.html

Projection du film "Notre-dame brûle" de Jean-Jacques ANNAUD le mardi 17 mai 2022 à 20 heures et mercredi 18 mai à 14 heures.. Tarifs : 5.50€ / 4.50€ (adhérents MJC).
Important : Port du masque préconisé.

Nous aurons la chance d'accueillir des sapeurs pompiers de Dijon - SDIS21* lors de la projection du mardi 17 mai au soir. Ils nous apporteront leurs connaissances et compétences afin de mieux appréhender les nouvelles techniques de combat du feu et les stratégies mises en oeuvre lors de tels incendies, au sein d'édifices religieux d'une telle envergure.
* sous réserve de non-intervention lors de cette diffusion



Fiche du film :
Drame historique réalisé par Jean-Jacques ANNAUD
Durée : 1h50 min
Avec Samuel Labarthe, Jean-Paul Bordes, Mikaël Chirinian

Le sujet :
Le long métrage de Jean-Jacques Annaud, reconstitue heure par heure l'invraisemblable réalité des évènements du 15 avril 2019 lorsque la cathédrale subissait le plus important sinistre de son histoire. Et comment des femmes et des hommes vont mettre leurs vies en péril dans un sauvetage rocambolesque et héroïque.

Quelques anecdotes sur le film :

  • Naissance du projet
    Fin décembre 2019, le président de Pathé Jérôme Seydoux propose à Jean-Jacques Annaud de faire un film de montage d'archives à grand spectacle pour écrans larges (avec son immersif) sur l'incendie de Notre-Dame. Le metteur en scène se rappelle :


    "Mon premier réflexe est de craindre qu'il n'existe pas suffisamment d'images variées pour construire un film de 90 minutes, mais j'écoute. Je repars avec une pochette de documentation, des articles en français et en anglais. Avant d'aller me coucher, j'y jette un oeil."
    "Je dévore le tout jusqu'au milieu de la nuit. Il était trop tard ou trop tôt pour appeler, mais ma décision était prise. Ce que j'y ai découvert était inimaginable. Une fascinante cascade de contretemps, d'obstacles, de dysfonctionnements. Du pur invraisemblable mais vrai."
    "Avec par-dessus le marché tous les composants d'un scénario de fiction : dans le rôle-titre, une star internationale, Notre-Dame de Paris. Son adversaire : un démon redoutable et charismatique, le feu. Entre les deux, des jeunes gens humbles prêts à donner leur vie pour sauver des pierres."


  • Travail de documentation


    Dans un premier temps, Jean-Jacques Annaud a décidé de se limiter aux faits en se lançant dans une chronologie des événements. Le cinéaste a eu un mal fou à obtenir les heures exactes du déroulé : en recoupant les différents témoignages dont il disposait, il a constaté que chacun donnait sa version de la première apparition de la fumée, des flammes et de l'arrivée des secours... Il confie :
    "J'ai vite compris que dans l'intensité de la catastrophe, personne n'a le temps de regarder sa montre. J'ai fait lire à Thomas Bidegain, le scénariste attitré de Jacques Audiard, une première version embryonnaire du scénario. 'Mais qu'est-ce que je peux apporter de plus moi là-dedans ?' me demande-t-il après lecture. Je lui explique que j'ai besoin de l'oeil critique d'un juge sévère et des apports bénéfiques d'un auteur de talent."

  • Lieux de tournage


    Jean-Jacques Annaud a commencé par tourner "Notre-Dame brûle" dans les cathédrales de Sens, Amiens et Bourges, ainsi qu'à la fameuse basilique de Saint-Denis. Les scènes de feu ont quant à elles été recréées dans les studios de la Cité du cinéma à Saint-Denis. Par ailleurs, une séquence a aussi été mise en boîte à la gare de Versailles-Château-Rive-Gauche.

    Avis de la presse :


  • "Ce grand spectacle passionnant est une ode vibrante aux soldats du feu" (20Minutes - Caroline Vié)

  • "Annaud est un formidable conteur et par la grandeur du spectacle cinématographique, il donne de la grandeur à la nuit de Notre-Dame par ceux qui l'ont sauvée, de la grandeur à l'héroïsme humble des pompiers de Paris." (Dernières Nouvelles d'Alsace - Nathalie Chifflet)


  • "C'est la reconstitution au cordeau du sinistre, l'investissement de tous les participants au film qui rejaillit sur son indéniable qualité, informative, visuelle, critique et lyrique. Splendide." (Franceinfo Culture - Jacky Bornet)