"La dégustation"

Mardi 4 octobre 2022

http://mjc.chenove.net/lire-2308.html

Projection du film "La dégustation" d'Ivan Calbérac le mardi 4 octobre 2022 à 20h30 et mercredi 5 octobre à 14 heures.. Tarifs : 5.50€ / 4.50€ (adhérents MJC).

A noter : En première partie sera diffusé le clip d'une création musicale de Christophe Poisot, professeur au conservatoire de musique de Chenôve, clip réalisé par Nicolas Voillard.

Fiche du film :


Comédie d'Ivan Calbérac
Durée : 1h22 min
Avec Isabelle Carré, Bernard Campan, Mounir Amamra

L'histoire :
Divorcé du genre bourru, Jacques tient seul une petite cave à vins, au bord de la faillite. Hortense, engagée dans l'associatif et déterminée à ne pas finir vieille fille, entre un jour dans sa boutique et décide de s'inscrire à un atelier dégustation...

Adaptation de la pièce de théâtre éponyme de Ivan Calbérac créée au Théâtre de la Renaissance en 2019.

Quelques anecdotes sur le film :

Naissance du projet


Sur les huit pièces que Ivan Calbérac a écrites, le metteur en scène en a adapté trois pour le cinéma : L'Etudiante et Monsieur Henri, Venise n'est pas en Italie et La Dégustation : "Pour La Dégustation, bien qu'elle se soit donnée très vite devant des salles remplies, je n'y pensais pas vraiment, peut-être parce que parallèlement, à cette époque-là, j'avais un autre projet cinéma."
Mais un jour, juste après nos 4 nominations aux Molières, Isabelle Carré et Bernard Campan m'ont proposé de déjeuner ensemble et m'ont dit : « Et si on en faisait un film ? ». Comment résister à deux comédiens aussi persuasifs et aussi motivés ? L'envie m'était évidemment passée par la tête, mais c'est vraiment eux qui l'ont verbalisée les premiers"
, se rappelle le cinéaste.

Évolution du scénario


Ivan Calbérac a cherché à s'éloigner du théâtre filmé. Il a ainsi commencé à écrire sur ce qu'il a appelé plus tôt le "hors-champ" de l'histoire, autrement dit tout ce que le texte évoquait sans le montrer sur les planches. Il développe :
"Une fois développées et dramatisées toutes les ramifications invisibles de la pièce, j'ai enrichi le scénario de nouveaux personnages. La pièce en comportait cinq, c'était trop peu pour le long métrage que j'avais en tête.
Au théâtre, la parole est souvent reine, le silence n'y a pas toujours sa place, question de rythme. Au cinéma, grâce aux gros plans, aux travellings, au montage, on a plus de liberté pour jouer sur les regards et les silences.
Montrer plutôt que dire. La catharsis, l'empathie pour les personnages, sont d'autant plus favorisées. Et peu à peu, le scénario est devenu plus « dramatique » et sans doute plus émouvant que la pièce."


Avis de la presse :


- "Ces émotifs anonymes n'ont pas ou plus les codes de la séduction. Eux dégustent un peu, nous on savoure." (Le Parisien - la rédaction)

  • "Une comédie romantique pleine d'humour et de délicatesse qui, sous couvert de réunir des âmes en peine, se fait plus grave qu'elle n'en a l'air." (aVoir-aLire.com - Claudine Levanneur)

  • "Auteur de la pièce à succès du même nom, couronnée d'un Molière, Ivan Calbérac l'adapte de manière convaincante au cinéma avec toujours Isabelle Carré et Bernard Campan." (La Croix - Corinne Renou-Nativel)

  • "Ce film tendre, inspiré d'une pièce à succès, célèbre l'amour et le partage." (20Minutes - Caroline Vié)