Vous êtes ici

Bourse à l'électronique et à l'informatique, du radio club.

Depuis plus de 25 ans, le radio-club amateur (voir plus loin historique) organise sa bourse à l’électronique et à l’informatique à la M.J.C. de Chenôve (Banlieue de Dijon. Côte d’Or). Elle aura lieu le samedi 15 mars de 9 à 18 h (entrée : 2 euros). Le dépôt du matériel est gratuit et se déroule le jeudi 13 et vendredi 14 mars de 18 à 20 h.
Cette année, nostalgie oblige ! l’accent est mis (avec une quinzaine d’exposants et deux professionnels) sur les vieux postes à lampes, ce qu’on appelait la TSF. Et tous marchent

La bourse est aussi un précieux lieu d’échanges des pièces détachées que les amateurs recherchent dans toute la France et un moment très attendu des radioamateurs de la région (le second rendez-vous en Bourgogne est à Auxerre dans l’Yonne en octobre).
Entre 3 et 400 personnes chaque année viennent de toute la Bourgogne mais aussi du Jura, du Doubs, de la Haute-Saône…pour y trouver leur bonheur !
Le radio-club amateur de Chenôve met à l’honneur Alain Minard qui vient d’obtenir sa seconde place en tant que Français au concours mondial au CQ World Wide WPX Contest.
Il s’agit de faire le plus de liaisons possibles avec des stations du monde entier et de tenir le plus longtemps.
Âgé de 45 ans, Alain Minard est radio amateur à la M.J.C. depuis septembre 1982 et toute son installation est chez lui à Tart l’Abbaye.
“ Je suis attiré par les contacts longs et le côté magique : il y a une antenne d’un côté, une de l’autre et rien entre les deux et l’on peut communiquer !
Je fais souvent les concours. J’étais premier en 2006. Je ne fais pas cela pour gagner mais pour obtenir le plus de liaisons. Pour ce dernier concours, j’ai effectué environ 400 liaisons pendant 24 heures.
Il faut bien gérer son temps : il y a des pays où l’on ne peut pas contacter qui que ce soit suivant les horaires. Les conditions ne sont pas très bonnes en ce moment, nous sommes dans le creux du cycle solaire. Normalement on peut effectuer près de 800 liaisons. Le prochain “ bon ” cycle sera vers 2010, 2011.
La liaison la plus difficile ? Les îles Galapagos, toute l’Amérique du Sud avec Ushaïa, le Népal. L’échange est très rapide, on ne parle pas de la pluie et du beau temps. On donne son indicatif, les conditions de réception, son numéro pour valider la liaison.
Ce côté universel me plaît. Par exemple, l’an dernier avec mon épouse nous sommes partis au Sud du Chili, puis à Ushaïa chez un radio amateur. Même si on ne parle pas la même langue, les points sont communs, les problèmes aussi ! ”
M.J.C. Chenôve. 7 rue de Longvic. Tél. 03.80.52.18.64.

Présentation Radio Club Amateur

Tous les lundis depuis 1976 dès 20 h 30, les membres du Radio Club Amateur (entre 15 et 30 personnes) se retouvent à la M.J.C. de Chenôve pour communiquer entre eux et transmettre leurs passions aux débutants.

C’est Jacques Chevalerias (1) et François Zaegel (2) qui sont à l’origine de la création du club, en 1976 à la M.J.C. de Chenôve, ce qui explique les antennes sur le toit. Les radios-amateurs existaient depuis 1910 et une fédération a regroupé tous les clubs (3).
“ Dans les années 1970, les jeunes s’intéressaient bien à la radio, note Jacques Chevalerias, l’un des membres actifs. Beaucoup de M.J.C. avaient leur club. On en a vu vivre et fermer, sauf Chenôve ! ”
“ L’idée au départ, précise François Zaegel, président, c’était de faire de la formation et offrir des projets techniques. On continue de former les lycéens, les jeunes et les passionnés de tous les âges. ”
En effet, on ne devient pas radio amateur sans avoir officiellement un examen reconnu dans le monde entier (à partir de 16 ans en France), c’est-à-dire des notions d’électricité, d’électronique, de réglementation. Chaque radio-amateur a un indicatif unique (Indicatif de la M.J.C. Chenôve : F6KQL) et communique ainsi en donnant son indicatif. Chaque pays a aussi le sien : F pour la France, K les Etats-Unis, SV la Grèce, CN le Maroc, CT le Portugal etc…).

Oui, mais à quoi cela sert-il au juste ?

“ On est comme un pêcheur, on lance des lignes, continue François Zaegel et l’on ne sait pas ce qu’on va “ attraper ”. C’est pour le plaisir d’établir un contact, créer des liens d’amitiés, le plus loin possible.
On peut ainsi joindre le monde entier. On parle (pas de sa vie privée, c’est interdit) en Français ou la plupart du temps en Anglais, enfin quelques notions ! On fait beaucoup de géographie. ”
Et alors quelle différence avec la C.B. ?
“ La C.B. s’autorise tous les langages, explique Jacques. En radio-amateur, tout est noté dans un cahier même si certains passent entre une à quatre heures par jour à émettre. On est aussi reconnu d’utilité publique et l’on peut être réquisitionné par le Préfet en cas de problème de liaisons. Exemple : aux Etats-Unis avec le 11 septembre, ou pendant l’ouragan Caterina en Louisiane, ce sont les radios-amateurs qui ont pris le relais des communications officielles ou bien encore pendant les cyclones dans les territoires d’Outre-mer, les radios-amateurs donnent des nouvelles des uns et des autres. Nous sommes intervenus officiellement, il y a une dizaine d’années pendant les inondations de la Saône ou deux à trois fois par an pour une recherche de balise de détresse d’avion. En général, elles se sont déclenchées automatiquement, c’est une fausse alerte et c’est tant mieux. ”
“ Dernièrement, avoue François, j’étais en liaison avec un Québécois de Trois Rivières où j’avais fait mes études en 1972. Je me souviens, il y avait même une rue des Forges.
Le plus loin ? Le plus difficile ? L’Australie et les petites îles du Pacifique. La station la plus rare ? Le Bouthan. L’Iran.
Même si les radios-amateurs ont une vingtaine de satellites qui tournent autour de la terre, à Corcelles-les-Monts, un radio-amateur transmet via la lune, c’est plus sportif et c’est la seule solution pour aller sur la face cachée de la terre en ondes très courtes (UHF). On entend d’ailleurs mieux au bout du monde qu’à Genlis. ”
Si une pluie de météorites s’annonce, ne cherchez pas les radios-amateurs…Ils sont devant leur radio (coût d’un équipement moyen : 1000 à 2000 euros), car les météorites ionisent l’air et cela sert de réflecteur. Le nec plus ultra ! Mais la parole n’est qu’une petite partie de ce que fait un radio-amateur. Aujourd’hui, il y aussi les liaisons numériques : Amtor, PSK 31, SDR et la télévision, sans pour cela être “ dépassé ”.
Et puis les concours. On additionne les kms de chaque liaison, la compétence de celui qui parle et la qualité du matériel fabriqué.
Venez à la M.J.C. de Chenôve voir notre collection de coupes !
Enfin, sachez que dans une copropriété, même si vous êtes locataire, on ne peut (sauf pour une question de patrimoine classé) vous refuser d’installer votre antenne si vous avez un indicatif.
Allez 73 ou 88… Ce qui signifie amitiés et bons baisers ! ”

(1) jacques.f6ekg@Gmail.com
(2)f.zaegel@tiscali.fr (03.80.65.42.24)
(3) En Côte d’Or, l’association s’appelle REF 21 (Réseau des Émetteurs Français) Maison des Associations. Rue des Corroyeurs à Dijon. ADRASEC, Association Départementale des Radios-Amateurs au service de la Sécurité Civile.

Dans la même rubrique

Rechercher sur le site