Vous êtes ici

Soirée d'information "les jeunes et l'ordinateur", salle comble pour un débat à renouveler.

Le 31 janvier dernier, à l'Espace Culturel François Mitterrand à Chenôve et pour la première fois, les deux Espaces Publics Numériques (E.P.N.) de Chenôve (Côte d'Or), la médiathèque et la M.J.C., s'associaient pour se poser la même question :
"Jeunes et ordinateur : Outil ou dépendance ?"


Plus d'une centaine de personnes et une classe du lycée Antoine Antoine ont été fascinées pendant près de trois heures par les intervenants : Gilles Brachotte, professeur d'informatique à l'I.U.T. Dijon Bourgogne, Hervé Putigny et Sylvain Rave, enquêteurs à la brigade cybercriminelle de la gendarmerie de Dijon, le tout animé par Emmanuel Putigny qui depuis trois ans au niveau du Grand Dijon (environ une quinzaine de communes autour de la capitale des Ducs de Bourgogne) s'occupe du réseau des Espaces Publics Numériques.
C'est une mission qui lui a été confiée par la communauté d'agglomération dijonnaise. À Chenôve, il existe pour cette commune de moins de 20.000 habitants, deux Espaces Publics Numériques : celui de la médiathèque et celui de la M.J.C. Ce dernier est né en 1985 sous le nom de X2000. L'informatique grand public faisait son entrée dans l'association tandis que l'Université Populaire d'alors débutait ses premiers cours d'informatique.


"En mars dernier, précise Emmanuel Putigny, nous avions fait une soirée avec tous les animateurs des E.P.N. du Grand Dijon, mais hélas le public n'était pas présent. Ce sont surtout les adultes qui sont dans les ateliers de formation de la M.J.C. (sur une année une soixantaine viennent en formation) qui m'ont souvent posé ces questions. Que faire avec l'ordinateur et nos enfants ? Les parents sont désorientés. Quelles règles de base appliquer ? Comment sensibiliser les enfants ? Faut-il laisser l'ordinateur dans la chambre du jeune ? Quels sont les risques réels sur Internet... ? Aujourd'hui, des cabinets de psychologues sont même spécialisés pour Internet.


"Depuis trois ou quatre ans avec le Haut-Débit, tout va très vite. Les parents ne savent pas comment bloquer certains sites et comment bloquer un créneau horaire." La soirée a débuté avec quelques témoignages de parents pour lancer le débat et surtout poser de nombreuses questions.

Marie-Pierre, deux enfants Louis 14 ans en 3 ème et Eugénie en 6 ème avec un ordinateur portable."
Je n'exerce pas de contrôle parental. J'estime que l'enfant doit apprendre à vivre, à grandir avec. Je leur fais confiance. Ils ne sont pas "drogués", la seule chose qui a changé c'est le rapport avec leur père qui leur dit d'arrêter et eux continuent. Ils n'ont pas peur."


Daniel, deux garçons Valentin 13 ans et Gauthier 11 ans."
Je ne partage pas trop le côté jeux que je trouve violent. Et surtout j'insiste beaucoup sur la notion de virtuelle et celle de réelle. J'attache beaucoup d'importance au verbal mais aussi le côté documentation pour l'école. Par exemple : l'un de mes fils est passionné de rollers et c'est un régal tout ce qu'on trouve sur Internet dans ce domaine. C'est une ouverture culturelle. Je ne fais pas de contrôle parental, je ne maîtrise pas trop et puis aussi il faut les préparer à la réalité de la société. C'est une question de confiance."

Pascale, une fille de 14 ans.
"Il m'a surtout fallu gérer le temps passé devant l'ordinateur, alors je partais au boulot avec la clé dans la poche. Ma fille a tout de suite été addicte à MSN, en sortant du collège, elle était sur l'ordinateur même si celui-ci était dans le séjour. Je dis était car je viens d'arrêter la connexion et je me demande bien si je vais la réinstaller. Ce qui m'inquiète le plus ce sont les blogs. J'ai pris soin de regarder puisqu'elle ne cachait rien, ni les adresses. J'ai très vite dit attention aux images violentes, cela a été dès le départ une source de conflit et de mal-être et pas un outil de communication, de recherche. Là, c'est la cure de désintoxication et cela fait un bien immense dans la relation parents-enfants."

Chantal, trois enfants de 15, 14 et 12 ans
"Nous avons un seul ordinateur à la maison et il rame. Un autre, c'est hors de question ! J'ai surtout expliqué le respect vis-à-vis des photos, des commentaires. J'ai expliqué le téléchargement, mais je ne fais pas de contrôle. On est dans la vraie vie, j'ai mis là-dessus les choses au point. Une de mes filles va très souvent sur MSN, une autre sur les blogs. Mes enfants ne sont pas très "accros" aux jeux. La relation gestion du temps est souvent conflictuelle."

Gilles Brachotte : professeur d'information à l'I.U.T. de Dijon Bourgogne.


"J'ai fait une étude sur les ados (426 jeunes du niveau CAP à la licence professionnelle) au sens large de 11 à 23 ans et dans tout ce que je viens d'entendre ce sont des questions logiques que vous vous posez. Rien n'est grave ! Il faut se rendre à l'évidence, les jeunes évoluent. Ils baignent tout de suite dedans, tout est numérique aujourd'hui et le voisinage social est important. Le premier centre d'intérêt d'un jeune, c'est la culture et les nouvelles technologies, tous les loisirs. 94, 50 % ont un téléphone portable. Il y a plus de 12 millions d'internautes en France, nous sommes le seul pays d'Europe avec les trois offres : téléphone, TV et Internet illimités. Le budget du numérique est de plus en plus important. Les activités sur Internet sont de trois types : relationnelle, informationnelle et ludique.


Ce qui est le plus d'actualité c'est le côté chronophage, c'est-à-dire le temps passé devant l'ordinateur et qui ne sert à rien : MSN, recherche d'information...pour rien ! et les jeux en réseaux.J'ai posé la question : qu'utilisez-vous pour communiquer ?Les réponses sont : le téléphone, le face à face, MSN, le courriel.On peut se demander comment émerge une technique ? Pourquoi le succès de FaceBook, de Myspace ?MSN, c'est l'instantanéité permanente, plus aucun jeune ne prend plus de rendez-vous, il fonctionne ainsi. Il y a aussi le phagocytage des médias anciens : le jeune lit moins. Le temps laissé aux loisirs ? Il y a des choix à faire. Ce qui frappe aussi, c'est le comportement multi-tâches : un jeune peut avoir trois ou quatre conversations en même temps. Il y a aussi un manque de rigueur, tout va très vite, donc les étudiants par exemple ne lisent pas les consignes pour un travail à faire. Il y a changement d'identité, de comportement avec les jeux où l'on s'invente des personnages. Il y aussi la naissance d'une société gratuite (téléchargement) où l'on oublie les droits par exemple.

Y-a-t-il vraiment un nouveau réseau social ? Un prolongement de ce réseau ? Attention aux jeux qui n'ont pas de fin. Le temps est devenu pour certains irréel, la vie même est irréelle. Quand vous voyez votre jeune s'énerver ou ne pas s'arrêter de jouer quand vous le lui demandez : c'est inquiétant. Mais il y a aussi les jeunes qui travaillent avec le numérique."Réaction d'un jeune dans la salle : "La limite, il faut la mettre avant, dès le départ, plutôt que de couper dans l'action." Gilles Brachotte met en garde "Le lieu de l'emplacement de l'ordinateur est important. Les blogs ne doivent pas être des défouloirs. Attention aux mots durs, à la frontière entre intimité et "extimité". Il faut cacher son adresse, ne pas donner de détails."

Réaction d'une jeune fille dans la salle : "Je ne comprends pas que les parents ne comprennent pas les blogs. C'est comme un journal intime qu'on montre." Réponse de Pascale : "Moi mon inquiétude vis-à-vis de ma fille et de son blog, c'est la violence et le mal-être qui ressortent. En tant que maman, j'ai les jetons !" Gilles Brachotte : "On a effectivement une vision "décalée" des filles." Un jeune dans la salle "Le blog, c'est un effet de mode, les jeunes vont passer à autre chose." Une jeune fille "Moi ce qui me fait peur, ce sont les jeux vidéos. L'ordinateur est dans la chambre de mon petit frère de 15 ans, il est dessus de 20 à 22 h. Comment contraindre ? Comment dire stop ?"


Intervention de Sylvain Rave, gendarme, chef de groupe à la section de recherche de Dijon, cybercriminalité, ainsi que d'Hervé Putigny, également enquêteur de la même section.

"À la section de recherche à Dijon, nous sommes 50 enquêteurs, trois groupes de gendarmes en civil avec depuis cinq ans une cellule nouvelles technologies. On sera quatre dans quelques semaines et sept en fin d'année pour toute la Bourgogne. C'est dire le travail.


Nous faisons de la veille Internet. Même sur des sites "très sains" nous avons parfois des surprises. Les menaces, c'est notre constat quotidien. Les blogs ? Le blog est une manière d'exister, mais il faut faire attention à tout ce qui touche la vie privée des enfants. Sur Internet, il n'y a pas que des copains, il y a aussi des prédateurs. Attention : ne pas laisser de photo, d'adresse, de nom de famille Il est interdit de provoquer les mineurs à l'alcool et les drogues, d'inciter à commettre des crimes ou des délits, d'être raciste ou de faire de la discrimination, de donner "les bons tuyaux" pour fabriquer des bombes, porter atteinte à la dignité humaine, troubler l'ordre public, diffamer envers qui que ce soit. Internet est incontrôlable.


Le Web ? Attention aux sites de crack, aux faux liens, au piratage informatique qui est interdit, le P2P (échange de fichiers) et les forums. Attention au téléchargement pornographique qui débouche parfois sur de la pédophilie. Les fournisseurs d'accès pourraient bloquer les P2P techniquement. Il faut aussi "jeter un oeil" sur les téléphones portables de vos enfants avec les échanges vidéos ou photos et faire attention à la messagerie instantanée et la corruption de mineurs. Ne pas accepter n'importe qui, qui pourra pirater votre compte.

Les jeux en ligne ? Les jeunes disent "No life", c'est-à-dire "Pas de vie". Quand on est sur les jeux, on ne fait que cela. On est dans le noir, on ne s'arrête pas pour manger. Avec vos enfants, s'ils sont accros, il faut tout arrêter pendant au moins deux mois. À Paris, à l'hôpital Debré, il y a des consultations. Il ne faut pas hésiter à aller voir un médecin, à en parler : c'est une vraie maladie.

Quelles règles de base ?

· S'informer
· Se former
· Communiquer
· Alerter
· Surveiller

Les signaux d'alerte ?

· Problème pour se réveiller
· Colère
· Refus de dialogue
· Refus de s'alimenter
· Connexion toute la nuit
. Attention vous êtes pénalement responsable des mineurs."

Voici quelques liens utiles :

https://www.clusif.asso.fr/index.asp PANORAMA CYBERCRIMINALITE
http://www.rcmp.ca/scams/index_f.htm ESCROQUERIES INTERNET
http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/index.php HOAX (Fausses rumeurs)
http://www.hoaxkiller.fr/ TEST HOAX
http://www.secuser.com/alertes/index.htm VIRUS
http://www.antiphishing.org/ PHISHING
http://www.securiteinfo.com/ SECURITE INFORMATIQUE
http://www.ssi.gouv.fr SECURITE DES SYSTEMES D'INFORMATION
http://www.commentcamarche.net SE FORMER A L'INFORMATIQUE
http://www.actioninnocence.org/ ONG PROTECTION MINEURS
https://www.internet-mineurs.gouv.fr/ INFOS ET DENONCIATIONS

Dans la même rubrique

Rechercher sur le site